Ibn ‘Outhaymîn (wahhabite) croit que Allâh a deux pieds

Sujet : La mauvaise croyance du wahhabite Ibn ‘Outhaymîn.

Charh riyad as-salihin ibn uthaymin wahhabite  ibn uthaymin croit que Allâh a des pieds  ibn uthaymin wahhabite

[Attention : ceci est un article de mise en garde contre des propos contraires à l’Islâm]

Dans son livre « Charh Riyâd As-Sâlihîn » (tome 1 page 327 de cette édition) Ibn ‘Outhaymîn le wahhabite a dit :

« الكرسي هو موضع قدمي الرحمن عز وجل »

« Le Koursiyy (Piédestal) est l’emplacement des deux pieds de [Allâh] Ar-Rahmân ‘Azza wa Jall »

Informations utiles :

– Mouhammad Ibnou Sâlih Al-‘Outhaymîn était l’un des plus grands leaders de la mouvance sectaire wahhabite. Il est né en 1347 H. (c’est-à-dire en 1925) et il est décédé en 1421 H. (c’est-à-dire en 2001), il y a environ vingt ans. Ses écrits restent une source d’égarement pour les personnes n’ayant pas de connaissances religieuses.

– En de nombreuses occasions, Ibn ‘Outhaymîn (wahhabite) a propagé cette croyance empoisonnée. En effet :

  • Dans son livre intitulé « Tafsîr Âyah Al-Koursiyy », Ibn ‘Outhaymîn a dit : « Le Koursiyy (Piédestal) est l’emplacement des deux pieds de Allâh ».
  • Dans son Majmoû’ Fatâwâ, Ibn ‘Outhaymîn a dit : « Le Koursiyy (Piédestal) est l’emplacement des deux pieds de [Allâh] Ar-Rahmân Soubhânahou wa ta’âlâ ».
  • Dans son livre intitulé mensongèrement « Charh ‘Aqîdah Ahli s-Sounnah wa l-Jamâ’ah, Ibn ‘Outhaymîn a dit : « Ce qui est correct, c’est que le Koursiyy (Piédestal) est l’emplacement des deux pieds de Allâh ‘Azza wa jall ».
  • Dans son livre Charh Loum’ah Al-I’tiqâd, Ibn ‘Outhaymîn a dit : « Le Koursiyy (Piédestal) est autre chose que le ‘Arch (Trône), car le Trône est ce sur quoi Allâh ta’âlâ s’est installé, et le Koursiyy est l’emplacement de Ses deux pieds ».
  • Egalement dans des enregistrements audio Ibn ‘Outhaymîn a dit : « Le Koursiyy (Piédestal) est l’emplacement des deux pieds de Allâh ‘Azza wa jall ». [Ecouter un audio : ici]

– L’Imâm Ibnou l-Jawzi Al-Hambali a dénoncé cette mauvaise croyance en disant : « Un groupe (de moujassimah) a prétendu que Allâh ta’âlâ serait sur le trône et en occuperait tout l’espace, et que le plus plausible est qu’Il serait en contact avec le trône, et que le Koursiyy (Piédestal) serait l’emplacement de Ses deux pieds. Je dis (c’est-à-dire Ibnou l-Jawzi) : Le fait d’être en contact se produit entre deux corps, qu’est-ce qu’il y a de pire encore dans le tajsîm (l’attribution du corps à Allâh) que cela !?» [Dans son livre Daf’ou Chouhabi t-Tachbîh]

– En effet, Allâh ta’âlâ dit : {لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْءٌ} [Ce qui a pour sens] : « Rien n’est tel que Lui – d’aucune façon que ce soit -». Les savants spécialistes de tafsîr du Qour-ân ont confirmé que ce verset en lui-même est une preuve pour exempter Allâh du corps. Parmi eux : l’Imâm Ar-Râzi [Dans son Tafsîr], l’Imâm As-Souyoûti [Dans son livre Al-Iklîl] et autres.

– Et le Messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم) a dit dans un hadîth sahîh (authentique) rapporté par Al-Boukhâri et autre : « كَـــــانَ اللهُ وَلَــــمْ يَــــكُــــنْ شَــىءٌ غَــيْـــرُهُ » [ce qui a pour sens ] : «Allâh existe de toute éternité et rien d’autre que Lui n’est de toute éternité ». Ce hadîth nous indique qu’hormis Allâh et Ses Attributs, rien n’existe de toute éternité, ni terre, ni ciel, ni mer, ni endroit, ni corps, ni membre, ni organe, ni aucune autre créature quelle qu’elle soit. Après cela comment attribuer à Allâh des choses entrées en existence ?!

– L’Imâm At-Tahâwi (رحمه الله) qui fait partie des illustres savants du salaf a dit dans son traité présentant la croyance de l’ensemble des gens de la Sounnah : « Allâh ta’âlâ est exempt des limites, des fins, des côtés, des organes et des membres. Les six directions ne Le délimitent pas, contrairement à toutes les créatures »  [Al-‘Aqîdah At-Tahâwiyyah].

– Et l’Imâm At-Tahâwi a dit également : « Celui qui attribue à Allâh l’une des significations propres aux humains est devenu mécréant. Celui qui aura bien compris cela en aura tiré des leçons et se sera écarté des propos semblables à ceux des mécréants, il aura su que Allâh avec Ses attributs n’est pas semblable aux humains » [Al-‘Aqîdah At-Tahâwiyyah], voilà la croyance correct et la voie des gens de la Sounnah.

– Quant à la parole dans laquelle il est dit : « الكرسي بين يدي العرش وهو موضع قدميه » ou selon une autre version : « الكرسي موضع القدمين » il faut savoir que :

  • Premièrement : Il ne s’agit pas d’une parole du prophète (صلى الله عليه وسلم). En effet, la chaîne de transmission de cette citation ne remonte pas jusqu’au prophète, mais elle remonte jusqu’à certains compagnons qui ne l’ont pas attribué au prophète.
    L’Imâm Al-Bayhaqi a dit à ce sujet : « Cette citation est mawqoûf (c’est-à-dire remonte jusqu’à un compagnon mais pas jusqu’au prophète), il n’est pas valable de l’attribuer au prophète (صلى الله عليه وسلم) » [Dans son livre Al-Asmâ-ou wa s-Sifât].
    Le Mouhaddith Badrou d-Dîn Ibn Jamâ’ah qui a dit : « Ce hadîth est faible (da’îf), et n’est pas confirmé du prophète »  [dans son livre Idâhou d-Dalîl].
    Le Hâfidh Ibnou l-Jawzi a dit également confirmé qu’il s’agit d’un récit mawqoûf (c’est-à-dire qui remonte jusqu’à un compagnon mais pas jusqu’au prophète) [dans son livre Daf’ou Chouhabi t-Tachbîh]
    Le Mouhaddith ‘Abdou l-Lâh Al-Ghoumari a dit au sujet de ce récit : « On n’utilise pas les mawqoûfât (récits dont la chaîne de transmission s’arrête à un compagnon) et les maqtoû’ât (récits dont la chaîne de transmission s’arrête à un successeur des compagnons) concernant les règles de la jurisprudence, alors comment pourrait-on les utiliser en ce qui concerne le tawhîd ?! Ceci est étonnant ! »  [dans son livre Al-Mawsoû’at Tome 2].
  • Deuxièmement : Dans ce recit, il n’est pas spécifié que le terme qadam (au duel) revient à Allâh.
  • Certains savants ont expliqué que les deux qadam ici reviennent au trône. Parmi ceux qui ont dit cela, l’Imâm Ibn ‘Atiyyah dans son Tafsîr. Et l’Imâm Al-Bayhaqi a dit : « Nous avons mentionné, que le sens [de cette citation] est, que le Koursiyy est placé en dessous du trône tout comme les pieds par rapport à un lit, et Il n’y a pas en cela l’attribution de l’endroit à Allâh Soubhânah» [Dans son livre Al-Asmâ-ou wa s-Sifât]
  • Et certains savants n’ont pas donné d’explications précises, mais ont confirmé qu’il n’est pas permis d’attribuer la partie corporelle à Allâh, tel que le pied ou autre. L’Imâm Al-Bayhaqi a dit à ce sujet : « Les plus anciens de parmi nos compagnons [pour la plupart] n’ont pas expliqué ce qui est similaire à ce texte, et ils ne se sont pas occupé à les interpréter, mais ils avaient pour croyance que Allâh ta’âlâ est unique, qu’Il n’est pas constitué de parties, et qu’Il n’a pas de parties corporelles » [Dans son livre Al-Asmâ-ou wa s-Sifât]

– Sachez aussi des membres de la mouvance sectaire wahhabite ont considéré cette citation comme provenant de la tradition juive, en effet :

  • Al-Albâni a dit à ce sujet : « Il se peut que ce texte compte de parmi les Isrâ-îliyyât (les récits provenant de la tradition juive)» [Dans un audio et dans une série de ses cours intitulés Al-Houdâ wa n-Noûr et également dans son livre Al-Mawsoû’ah Tome 1 page 312]
  • Ibn Bâz a dit : « Pour dire que le koursiyy est « mawdi’ al-qadamayn » il faudrait un texte (du Qour-ân ou hadîth) clair et confirmé à ce sujet provenant du prophète (… la youhtamal), quant à ce récit, il est douteux, et il est fort probable qu’il provienne des récits des Banî Isrâ-îl (tradition juive), et ceci ne fait parti des paroles du prophète, et cela ne fait partie de ce qu’aurait entendu de lui Ibn ‘Abbâs » [Dans son livre At-Ta’liqât al-Bâziyyah ‘alâ Charh At-Tahâwiyyah page 605]

– Concernant le hadîth qui comporte les termes : « حتى يضع رب العزة فيها قدمه » ou selon une autre version : « حَتَّى يَضَعَ رِجْلَهُ  » :

  • An-Nadr Ibn Choumayl (122/204 h.) a dit :« Le sens de al-qadam ici, ce sont les mécréants dont Allâh ta’âlâ a su de toute éternité par Sa science, qu’ils seront parmi les gens de l’enfer » [Rapporté par Al-‘Ayni dans son charh sahîh Al-Boukhâri]
  • Le Chaykh Ibn Battâl Al-Mâliki a dit : « Il est valable d’utiliser le terme « qadam » [dans la langue arabe] au sujet de la partie corporelle (jârihah) et au sujet de ce qui n’est pas une partie corporelle, et il n’est pas valable d’attribuer à Allâh le « qadam » dans le sens de la partie corporelle (jârihah) [c’est-à-dire du pied], car le fait de Lui attribuer cela, impliquerait qu’Il soit un corps. […] Il est confirmé que le sens du « qadam » dans ce hadîth est une créature de parmi Ses créatures, dont Allâh a su de toute éternité que l’enfer sera remplit avec. An-Nadr Ibn Choumayl a dit : al-qadam ici, ce sont les mécréants dont Allâh a su de toute éternité par Sa science, qu’ils seront parmi les gens de l’enfer, et Allâh remplira l’enfer par eux» [Dans son commentaire du Sahîh Al-Boukhâri]
  • L’Imâm Al-Khattâbi a dit : « Concernant la mention de al-qadam ici, il se peut que le sens soit ceux que Allâh mettra en enfer » [Rapporté par Al-Bayhaqi dans Al-Asmâ-ou wa s-Sifât]
  • L’Imâm Al-Bayhaqi a dit : « An-Nadr Ibn Choumayl a dit au sujet de la parole du prophète « حتى يضع الجبَّارُ فيها قدمَه » [qui signifie : jusqu’à ce que Al-Jabbâr -Allâh- y mette Son qadam] : c’est-à-dire ceux dont Allâh a su de toute éternité qu’ils seront parmi les gens de l’enfer ; Abou Soulaymân (Al-Khattâbi) a dit : certains ont interprété le terme « rijl » pareil à cela » [Dans son livre Al-Asmâ-ou wa s-Sifât]
  • L’Imâm Ibnou l-Jawzi a dit après avoir mentionné le hadîth : « Ce qu’il est un devoir de croire pour nous, c’est que l’Être de Allâh ne se divise pas, qu’Il n’est pas contenu dans un endroit et qu’Il n’est pas attribué du changement ni du déplacement. Aboû ‘Oubayd Al-Harawi rapporte d’après Al-Haçan Al-Basri qu’il a dit : al-qadam, ce sont ceux que Allâh ta’âlâ fera avancer de parmi les mauvaises créatures et qu’Il fera rester en enfer […] ; Al-Bayhaqi rapporte d’après An-Nadr Ibn Choumayl qu’il a dit : al-qadam ici, ce sont les mécréants dont Allâh a su de toute éternité qu’ils feront parti des gens de l’enfer ; Aboû Mansoûr Al-Azhari a dit : al-qadam ce sont ceux que Allâh mettra dans l’enfer pour l’éternité » [Dans son livre Daf’ou Choubahi t-Tachbîh]
  • Le Chaykh Ibnou l-Athîr a dit : « Le sens de al-qadam : les gens de l’enfer que Allâh ta’âlâ y fera parvenir » [Dans son livre An-Nihâyah fî Gharîbi l-Hadîth wa l-Athar]
  • L’Imâm Al-Qourtoubi a dit : « Nos savants, que Allâh leur fasse miséricorde, ont dit : le sens de « al-qadam » ici, c’est un groupe de gens que Allâh fera mettre en enfer, et certes Allâh a su de toute éternité par Sa science qu’ils seront parmi les gens de l’enfer, de même « ar-rijl » il s’agit d’un grand nombre de personnes et autres. On dit [dans la langue arabe] : j’ai vu un rijl de personnes et un rijl de criquets […] An-Nadr Ibn Choumayl a dit au sujet de la parole du prophète « حتى يضع الجبَّارُ فيها قدمَه » [qui signifie : jusqu’à ce que Al-Jabbâr -Allâh- y mette Son qadam] : c’est-à-dire ceux dont Allâh a su de toute éternité qu’ils seront parmi les gens de l’enfer » [Dans son tafsîr]
  • Le Loughawi Ibnou Mandhoûr a dit : « La parole du prophète dans un autre hadîth « حتى يضع فيها رب العزة قدمه  » [qui signifie : jusqu’à ce que Le Seigneur y mette Son qadam], ce qui est visé par al-qadam sont les gens que Allâh fera entrer en enfer de parmi les plus mauvaises de Ses créatures » [Dans son ouvrage Liçân Al-‘Arab]
  • Al-Qâdî Badrou d-Dîn Ibn Jamâ’ah a dit : « Sache, que le fait de prendre ce hadîth, ainsi que ceux qui sont similaires, selon le sens apparent est impossible au sujet de Allâh, du fait des preuves rationnelles et textuelles qui impliquent de le considérer faible ou alors de l’interpréter, et s’il n’est pas permis de le déclarer faible en raison de l’accord sur son authenticité, alors il devient obligatoire de l’interpréter par un sens qui est digne de Allâh ta’âlâ. Quant au terme « al-qadam », Al-Haçan [Al-Basri] a dit : al-qadam ici, ce sont ceux dont Allâh a su de toute éternité par Sa science qu’ils sont les gens de l’enfer; et An-Nadr Ibn Choumayl a dit : ce sont ceux dont Allâh a prédestiné pour eux l’enfer, de parmi les pires de Ses créatures; et An-Nadr Ibn Choumayl a dit [aussi] : ce sont les mécréants; et Al-Azhari a dit : al-qadam ce sont ceux dont il a été confirmé qu’ils resteront en enfer, que Allâh nous en préserve […] et sache qu’il y a des savants qui ont affirmé que ce hadîth est faible, même si les deux Imâms l’ont rapporté » [Dans son livre Îdâhou d-Dalîl]
  • Le Hâfidh Al-Karmâni a dit : « Cela compte de parmi les moutachâbihât (textes équivoques)» [Rapporté par Al-‘Ayni dans son charh sahîh Al-Boukhâri]
  • Le Hâfidh Ibn Hajar a dit : « Le sens n’est pas le pied (haqiqah al-qadam)» Et il mentionne différentes interprétations. [Dans son charh sahîh Al-Boukhâri]

– An-Nadr Ibn Choumayl Ibn Kharachah Ibn Yazîd Al-Mâzini At-Tamîmi, Abou l-Haçan est né en 122 et il est décédé 204 de l’hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a environ 1240 ans. Il est un successeur des successeurs (tâbi’i t-tâbi’în).

  • An-Nawawi a dit de lui : «Il est un Imâm dans l’arabe et dans la langue » [Tahdhîbou l-Asmâ wa l-Loughât]
  • Al-‘Abbâs Ibn Mous’ab a dit le concernant : «Il est un Imâm dans l’arabe et dans le hadîth » [Tahdhîbou l-Asmâ wa l-Loughât]
  • Az-Zirikli a dit à son sujet : « Il est l’un des plus savants concernant la connaissance de l’histoire des arabes, des chaînes de transmissions du hadîth, et dans les sujets de la langue Arabe » [Al-A’lâm]

– Parmi les savants qui ont clairement nié le corps, les membres ou les organes au sujet de Allâh nous pouvons mentionner :

– Bien plus, les savants ont mentionné que le fait d’attribuer à Allâh le corps, les membres ou les organes est de la mécréance. Parmi eux :

– Ainsi les musulmans qu’ils fassent parti de la génération du Salaf ou du Khalaf ont été unanimes sur le fait que Allâh est exempt du corps, des membres et des organes. Ceci n’a jamais fait l’objet d’une divergence. Comment Ibn ‘Outhaymîn a t-il pu se permettre de contredire un fondement aussi manifeste de la croyance musulmane ?!

– De plus les wahhabites prétendent mensongèrement être sur la voie des pieux prédécesseurs, pourtant aucun savant du Salaf n’a tenu de propos similaire à ceux d’Ibn ‘Outhaymîn. Egalement les wahhabites se réclament mensongèrement de l’école de l’Imâm Ahmad Ibn Hanbal (رحمه الله) alors qu’il est confirmé qu’il a nié le corps au sujet de Allâh et qu’il considérait mécréant ceux qui le Lui attribuaient.

– La croyance étant la base de la religion, nous appelons les victimes de la propagande wahhabite à délaisser leur corporalisme, à accepter la parole de Allâh : {لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْءٌ} [Qui a pour sens] : « Rien n’est tel que Lui – d’aucune façon que ce soit -»,  et à rejoindre la voie des gens de la Sounnah de parmi les pieux prédécesseurs (As-Salafou s-Sâlih) et ceux qui leur ont succédé (Khalaf). Et qu’ils gardent en mémoire la parole de l’Imâm Al-Ghazâli qui a dit : « لا تصح العبادة إلا بعد معرفة المعبود » c’est-à-dire « L’adoration n’est valable qu’après avoir connu Celui Qui mérite d’être adoré» [rapporté par Aboû Mansoûr Al-Baghdâdi dans son livre «Tafsîrou l-Asmâ-i wa s-Sifât»]. Comment quelqu’un qui prétend que ce qu’il adore a des pieds pourrait connaître Allâh ta’âlâ ?!

– D’autres leaders de la mouvance sectaire wahhabite ont également attribué à Allâh les pieds. Parmi eux, les responsables du comité permanent de la recherche scientifique et de la Fatwâ (instance wahhabite Saoudienne) composé de :

  • Ibn Bâz
  • ‘Abdou l-Lâh Ibn Ghoudayân
  • Sâlih Al-Fawzân
  • ‘Abdou l-‘Azîz Âl Chaykh
  • Bakr Aboû Zayd

Ils ont composé une Fatwâ dans laquelle ils ont dit : « Il est un devoir de confirmer ce que Allâh a confirmé à Son sujet … comme les deux pieds (qadamayn)… et autres de parmi ce qui est parvenu dans le Livre et la Sounnah… ceci est selon le sens véritable (haqîqî) et non selon un sens figuré (majâz)» [Dans le livre intitulé Fatâwâ li l-Jannati d-Dâ-imati li l-Bouhoûthi l-‘ilmiyyati wa l-Iftâ tome 2 page 376, deuxième recueil, première édition : Ar-Ri-âçatou l-‘Âmmah li l-Bouhoûthi l-Ilmiyyah]

– Retrouvez d’autres mises en garde contre les groupes égarés : ici.

– A voir également :

3 Commentaires

  1. أقوال الوهابية عن القدم

    وفي « فتاوى اللجنة الدائمة » (2/ 376) :  » الواجب إثبات ما أثبته الله لنفسه من اليدين والقدمين والأصابع وغيرها من الصفات الواردة في الكتاب والسنة على الوجه اللائق بالله سبحانه ، من غير تحريف ولا تكييف ولا تمثيل ولا تعطيل ؛ لقول الله سبحانه : ( قُلْ هُوَ اللَّهُ أَحَدٌ اللَّهُ الصَّمَدُ لَمْ يَلِدْ وَلَمْ يُولَدْ وَلَمْ يَكُنْ لَهُ كُفُوًا أَحَدٌ ) ، وقوله سبحانه : ( لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَيْءٌ وَهُوَ السَّمِيعُ الْبَصِيرُ ) وهي حقيقة لا مجاز . وأما التنطع في إثبات ما لم يرد به الكتاب والسنة فالواجب تركه .
    اللجنة الدائمة للبحوث العلمية والإفتاء
    بكر أبو زيد … عبد العزيز آل الشيخ … صالح الفوزان … عبد الله بن غديان … عبد العزيز بن عبد الله بن باز  » انتهى .
    ولذلك قال البيهقي بعد إخراج أثر أبي موسى: معناه فيما نرى أنه موضوع من العرش موضع القدمين من السرير، وليس فيه إثبات المكان لله سبحانه. اهـ.

    و العياذ بالله تعالى

  2. قَالَ اِبْن عَطِيَّة : فِي قَوْل أَبِي مُوسَى  » الْكُرْسِيّ مَوْضِع الْقَدَمَيْنِ  » يُرِيد هُوَ مِنْ عَرْش الرَّحْمَن كَمَوْضِعِ الْقَدَمَيْنِ مِنْ أَسِرَّة الْمُلُوك , فَهُوَ مَخْلُوق عَظِيم بَيْن يَدَيْ الْعَرْش نِسْبَته إِلَيْهِ كَنِسْبَةِ الْكُرْسِيّ إِلَى سَرِير الْمَلِك .

    في تفسيره

  3. قال ابن منظور في لسان العرب

    قوله في الحديث الآخر : حتى يضع فيها رب العزة قدمه ؛ والمراد بالقدم أهل النار الذين قدمهم الله لها من شرار خلقه

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.