«

»

Fév 20

Le Chaykh Al-Mounâwi déclare mécréant ceux qui attribuent la direction ou le corps à Allâh

al-mounawi - Faydou l-Qadir Charh Al-Jami’ As-Saghir   Al-Mounawi déclare mécréant les moujassimah

Dans son livre « Faydou l-Qadîr Charh Al-Jâmi’ As-Saghîr », le Chaykh Al-Mounâwi a dit :

«[…] والكلام كله في مبتدع لا يكفر ببدعته أما من كفر بها كمنكر العلم بالجزئيات، وزاعم التجسيم أو الجهة أو الكون أو الاتصال بالعالم أو الانفصال عنه فلا يوصف عمله بقبول ولا رد لأنه أحقر من ذلك »

« […] Tous nos propos, tout ce qui vient d’être dit ici, concerne un innovateur qui ne devient pas mécréant par sa mauvaise innovation. Quant à celui qui devient mécréant par sa mauvaise innovation, c’est comme celui qui renie la connaissance de Allâh en prétendant que Allâh ne connait pas le détail, ou qui prétend que Allâh serait un corps, ou qu’Il serait dans une direction. De même celui qui dit que Allâh est en contact avec le monde ou détaché de lui. On ne caractérise pas les actes de ces derniers seulement par le rejet car il est plus vil que cela par sa mauvaise croyance ».

 

Informations utiles :

– Le Chaykh, le Mouhaddith (transmetteur du hadîth) Mouhammad ‘Abdou r-Ra-oûf Al-Mounâwi Al-Qâhiri Ach-Châfi’i est né 952 et il est décédé en 1031 de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a plus de 400 ans. Son livre « Faydou l-Qadîr Charh al-Jâmi’ as-Saghîr » est le commentaire d’un ouvrage du Hâfidh As-Souyoûti (رحمه الله).

– Ici, il confirme que le fait d’attribuer à Allâh le corps ou la direction est de la mécréance. Il explique que ces croyances sont des innovations qui sont de la mécréance. D’autres savants ont également tenu des propos similaires :

  • L’Imâm An-Nawawi a dit dans son livre « Al-Majmoû’ Charhou l-Mouhadh-dhab » : « Et nous avons certes mentionné que celui qui est devenu mécréant par son innovation, la prière n’est pas valable derrière lui […] et parmi ceux qui sont devenu mécréant il y a celui qui attribue clairement le corps [à Allâh] ».
  • Le Chaykh Taqiyyou d-Dîn Al-Housni a dit: « L’Imâm An-Nawawi, dans le chapitre de la description de la prière de son commentaire de Al-Mouhadh-dhab, a confirmé la déclaration de mécréance (takfîr) à l’égard des moujassimah (anthropomorphistes), et je dit [Al-Housni] que c’est cela qui est correct » [Kifâyatou l-Akhyâr].
  • L’Imâm As-Souyoûti a dit dans son livre « Tadrîbou r-Râwî »: « Celui qui est devenu mécréant par son innovation, et cela comme le dit l’auteur (An-Nawawi) du commentaire de Al-Mouhadh-dhab : le moujassim (celui qui attribue à Allâh le corps ou les caractéristiques des corps) et celui qui nie que Allâh connait le détail des choses ...».
  • L’Imâm As-Souyoûti a dit également dans son livre « Al-Achbâh wa n-Nadhâ-ir » : « Certains savants ont dit : les moubtadi’ah (innovateurs dans la croyance) sont de différentes sortes : La première : ceux que nous déclarons mécréant de façon catégorique ; comme celui qui attribue la fornication à ‘Â-ichah (رضي الله عنها) et celui qui nie que Allâh connait le détail des choses et la résurrection des corps, ainsi que les moujassimah (ceux qui attribuent à Allâh le corps ou les caractéristiques des corps) et celui qui prétend que le monde serait sans début…». [Retrouvez l’article : ici]

– Et il dit également que le fait de croire que Allâh serait en contact avec le monde ou détaché de lui est également de la mécréance.

– De nombreux savants ont confirmé que le fait d’attribuer le corps à Allâh constitue de la mécréance. Parmi eux :

  • L’Imâm ‘Ali Ibnou Abî Tâlib [voir : ici]
  • L’Imâm Aboû Hanîfah [voir : ici]
  • L’Imâm Mâlik [voir : ici]
  • L’Imâm Ach-Châfi’i [voir : ici] et [voir : ici]
  • L’Imâm Ahmad Ibnou Hanbal [voir : ici]
  • L’Imâm Al-Ach’ari [voir : ici] et [voir : ici]
  • Le Qâdî ‘Abdou l-Wahhâb Al-Mâliki qui mentionne l’unanimité [voir : ici]
  • L’Imâm Aboû Mansoûr Al-Baghdâdi [voir : ici]
  • L’Imâm Ibnou Battâl (449 H.)
  • L’Imâm Al-Bayhaqi [voir : ici]
  • L’Imâm Al-Ghazâli qui rapporte également l’unanimité [voir : ici]
  • L’Imâm Fakhrou d-Dîn Ar-Râzi [voir : ici]
  • L’Imâm An-Nawawi (676 H.)
  • L’Imâm Al-Mawsili [voir : ici]
  • L’Imâm An-Naçafi (710 H.) [voir : ici]
  • L’Imâm Safiyyou d-Dîn Al-Hindi (715 H.)
  • Le Chaykh Ibnou Amîr Al-Hajj Al-Hanafi (733 H.)
  • L’Imâm Taqiyyou d-Dîn Al-Housni (829 H.)
  • Le Chaykh ‘Alâ-ou d-Dîn Al-Boukhâri qui rapporte l’unanimité [voir : ici]
  • L’Imâm As-Souyoûti [voir : ici]
  • Le Chaykh Ibn Hajar Al-Haytami [voir : ici]
  • Le Chaykh Al-Mounâwi comme cela est indiqué ci-dessus.
  • Le Chaykh Mouhammad Mayyârah (1072 H.)
  • Le Chaykh Ibn Balbân [voir : ici]
  • L’Imâm Al-Bayâdi (1098 H.)
  • L’Imâm Abdou l-Ghani An-Nâboulouçi [voir : ici]
  • Le Chaykh ‘Abdou l-Lâh Ibn Houçayn Al-‘Alawi (1272 H.)
  • Le Chaykh Mouhammad ‘illaych Al-Mâliki [voir : ici]
  • Le Chaykh Salîm Al-Bichri Al-Azhari (1335 H.)
  • Le Chaykh Al-Marighni Az-Zaytoûni qui mentionne l’unanimité [voir : ici]
  • L’Imâm Al-Kawthari [voir : ici]
  • Le Mouhaddith Al-Harari (1429 H.)
  • Et beaucoup d’autres…

– De nombreux savants ont confirmé que le fait d’attribuer l’endroit ou la direction à Allâh constitue de la mécréance. Parmi eux :

– Le Chaykh Al-Mounâwi fait partis de ces nombreux savants qui ont confirmé qu’Ibn Taymiyah a contredit l’unanimité des musulmans en prétendant que l’enfer sera anéanti. Ainsi dans ce même livre (Faydou l-Qadîr), à la suite du hadîth rapporté par Mouslim dans son sahîh d’après Aboû Hourayrah qui rapporte que Prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit :

 « من يدخل الجنة يَنعَم لا ييْأس، لا تبلى ثيابه، ولا يفنى شبابه » 

[Sens en français : ] « Celui qui entre au Paradis sera heureux et ne perdra plus espoir, ses habits ne s’useront plus et sa jeunesse ne passera jamais » ; Le Chaykh Al-Mounâwi a dit : « Ceci est explicite pour confirmer que le Paradis est éternel et qu’il ne s’anéantira pas, et l’enfer pareillement. Et Jahm Ibnou Safwân a prétendu qu’ils s’anéantiront parce qu’ils sont entrés en existence, mais aucun des gens de l’Islâm ne l’a suivi, bien au contraire, ils l’ont déclaré mécréant pour cela. Certains ont été d’avis que l’enfer s’anéantira au contraire du paradis, Ibnou l-Qayyim tout comme son chaykh Ibnou Taymiyah, se sont longuement attaché à faire vaincre cet avis dans plusieurs ouvrages, ce faisant il est passé plus près de la mécréance que de la foi à cause de sa contradiction avec le texte du Qour-ân, il a conclu ainsi son livre qui décrit le paradis ». [Pour en savoir plus, consultez le livre “Al-Bourhân wa l-I’tibâr : ici]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.