«

»

Nov 22

L’Imâm Aboû Hayyân Al-Andalouci explique le verset {man fi s-Samâ} et dit que Allâh n’est pas dans une direction

   

Dans son célèbre tafsîr « Al-Bahrou l-Mouhît », lors de l’explication du verset 16 de Soûrat Al-Moulk, l’Imâm Aboû Hayyân Al-Andalouçi a dit :

« {من في السماء} هذا مجاز وقد قام البرهان العـقلي على أنه تعالى ليس بمتحـيز في جهـة »

« La parole de Allâh {Man Fi s-Samâ} est au sens figuré, et les preuves selon la raison ont été établies que Allâh ta’âlâ n’est pas localisé dans une direction ».

 

Informations utiles :

– L’Imâm, Al-‘Allâmah (l’Illustre savant), le Moufassir (exégète), le Mouqri (spécialiste de la récitation), le Nahwiyy (spécialiste de la grammaire) Mouhammad Ibn Yoûçouf Aboû Hayyân Al-Andalouçi est né en 654 à Grenade (Espagne) et il décédé en 745 de l’hégire (رحمه الله) au Caire (Egypte) c’est-à-dire il y a environ 690 ans. C’est un savant du madh-hab (école de jurisprudence) de l’Imâm Ach-Châfi’i. De nombreux grands savants ont étudié auprès de lui, parmi eux : Taqiyyou d-Dîn As-Soubki, Tâjou d-Dîn As-Soubki, Badrou d-Dîn Ibn Jamâ’ah, et autres.

  • L’Imâm As-Souyoûti a dit de lui : « Il est le nahwi (spécialiste de la grammaire), le Loughawi (spécialiste de la langue Arabe), le Moufassir (spécialiste du tafsîr), le Mouhaddith (spécialiste de la transmission du hadîth), le Mouqri (spécialiste de la récitation), et l’Historien de son époque » [Al-Boughyah]
  • L’Imâm Ibn Hajar Al-‘Asqalâni a dit à son sujet : « Il est le Chaykh de son époque et le revivificateur des sciences » et il a dit aussi : « Il a une grande maîtrise du tafsîr et de ses explications » [Ad-Dourarou l-Kâminah]
  • As-Safadi a dit le concernant : « Il a une grande maîtrise du tafsîr, du hadîth, et des biographies ».
  • Ibnou l-Jazari a dit de lui : « L’Imâm, le Hâfidh, le Chaykh de la langue Arabe, des récitations, et qui est honnete et digne de confiance ».
  • Az-Zarkali a dit à son sujet : « Il compte de parmi les plus grands savants dans la langue Arabe, le tafsîr (l’exégèse du Qour-ân), le hadîth, les biographies, et les matières linguistiques». [Al-A’lâm]

– Ici,il explique que le verset 16 de soûrat Al-Moulk qui comprend {من في السماء} (Man fi s-Samâ) est à prendre au sens figuré (majâz), c’est-à-dire que ce verset ne doit pas être compris au sens apparent. Ainsi il n’est pas permis de croire que Allâh serait incarné dans le ciel. De nombreux savants ont tenu des propos similaires :

  • Al-Qâdî ‘Iyâd a dit d’après ce qu’a rapporté de lui l’Imâm An-Nawawi : « Il n’y a pas de divergence entre les musulmans dans leur totalité, qu’il s’agisse des savants du fiqh, du hadîth (mouhaddith), de la croyance (moutakallim), et de ceux qui les suivent, que les textes apparents [du Qour-ân et du hadîth] dans lesquelles il est cité “Allâh fi s-samâ ” comme  Sa parole ta’âlâ  {ءَأَمِنتُم مَّن فِى ٱلسَّمَآءِ أَن يَخۡسِفَ بِكُمُ ٱلۡأَرۡضَ } (a-amintoum man fi s-samâ an yakhsifa bikoumou l-ard ) ne sont pas pris dans le sens apparent (dhâhir), mais ils sont interprétés [par ce qui est digne de Allâh] chez la totalité d’entre eux (les savants). » [voir : ici]
  • Le Mouhaddith, le Faqîh Ahmad Ibn ‘Oumar Al-Qourtoubi (m.656 H.) a dit : « Avertissement : Sache qu’il n’y a pas de divergence chez les musulmans dans leur totalité, que ce soit chez leurs spécialistes du hadîth, leur Faqîh, leurs spécialistes de la croyance, et chez ceux qui les suivent, que les textes apparents [du Qour-ân et du hadîth] dans lesquelles il est cité “Allâh fi s-samâ ” comme  Sa parole ta’âlâ  {ءَأَمِنتُم مَّن فِى ٱلسَّمَآءِ أَن يَخۡسِفَ بِكُمُ ٱلۡأَرۡضَ } (a-amintoum man fi s-samâ an yakhsifa bikoumou l-ard ) ne sont pas pris dans le sens apparent (dhâhir), mais ils sont interprétés [par ce qui est digne de Allâh] chez la totalité d’entre eux (les savants) » [Al-Moufhim limâ Achkala min Talkhîssi Kitâbi Mouslim]
  • L’Imâm Al-Qourtoubi a dit dans son tafsîr : « Ce qui est visé ici, c’est Sa glorification, Son exemption du bas et du dessous et Sa qualification par al-‘oulouww (l’élévation du mérite) et al-‘adhamah (l’éminence) et non pas la qualification par les endroits, les directions et les limites car ce sont des caractéristiques des corps » [voir : ici]
  • Le Hâfidh Al-Karmâni a dit d’après ce que rapporte de lui l’Imâm Ibn Hajar Al-‘Asqalâni : « Le sens apparent de Sa parole (fi s-samâ) n’est pas le sens qui est visé car Allâh est exempt de l’incarnation dans un endroit et comme la direction du haut est une direction honorable, plus honorable que les autres directions, cela est une attribution qui indique l’exemption de toutes imperfections de l’Être et des attributs » [voir : ici]
  • Le Chaykh Mahmoûd As-Soubki Al-Azhari a dit : « Et la signification de { ءأمنتم من في السماء } [a-amintoum man fis-samâ] (soûrat Al-Moulk), c’est : « Celui dont la souveraineté est au ciel », ou alors c’est une forme (en langue arabe) qui indique la glorification de Allâh ta’âlâ en lui attribuant al-‘oulouww (l’élévation du mérite) et al-‘adhamah (l’éminence) et l’exemption du fait d’être dessous ou en bas (as-soufl wa at-taht), non pas que Allâh ta’âlâ serait  incarné dans le ciel, car l’incarnation fait partie des caractéristiques des corps et des signes d’entrée en existence et Allâh est exempt de cela. » [voir : ici]
  • Le Chaykh Ibn ‘Âchoûr a dit dans son tafsîr : « Sa parole : {مَن فِي السَّمَاءِ} (man fi s-samâ) fait partie à deux reprises de ce qui n’est pas explicite et dont le sens apparent donne le sens de l’incarnation dans un endroit, mais ceci n’est pas digne de Allâh » [voir : ici]

– Par la suite, il explique que certains savants ont dit que {من} “man” (celui/ceux) dans ce verset désigne l’ange Jibrîl (عليه السلام) qui est l’ange responsable du châtiment par l’ensevelissement, et autres que lui.

– Les savants ont dit que le fait de comprendre de ce verset que Allâh serait dans le ciel est la voie des mouchabbihah (anthropomorphistes). L’Imâm Fakhrou d-Dîn Ar-Râzi a dit dans son tafsîr : « Sache que les mouchabbihah (assimilationnistes) ont considéré comme preuve pour confirmer l’endroit au sujet de Allâh ta’âlâ Sa parole : {ءَأَمِنتُم مَّن فِى ٱلسَّمَآءِ} (a-amintoum man fi s-samâ) » [voir : ici]

– À partir de là, les savants ont dit que celui qui dit : “Allâh fi s-Samâ” alors il y a deux cas :
1- S’il dit cela en visant l’endroit, alors il a commis de la mécréance.
2- Mais s’il visait le simple fait de répéter ce qui est parvenu de manière apparente dans les textes, comme dans ce verset, alors il ne commet pas de mécréance. Voir à ce sujet :

– Puis l’Imâm Aboû Hayyân confirme la croyance des musulmans sur le fait que Allâh existe sans endroit et sans direction.

– En effet, tout les musulmans ont pour croyance que Allâh existe sans endroit et sans direction. Cette unanimité a été mentionnée par de nombreux savants tels que :

– Dans d’autres passages de son tafsîr, l’Imâm Aboû Hayyân confirme cette croyance [voir : ici] et [voir : ici]. Et il a également mis en garde contre Ibn Taymiyah qui a prétendu que Allâh serait assis sur le koursiyy [voir : ici].

(1 commentaire)

  1. Sunnite

    اعلم أرشدنا الله وإياك، أن الله تبارك وتعالى خلق السماء وجعلها مسكنا للملائكة. هذا “تفسير البحر المحيط” للإمام أبي حيان الأندلسي الذي توفي سنة 745هـ. هذا الكتاب طبع دار الكتب العلمية الطبعة، الأولى سنة 1422هـ، في الصحيفة 296 يفسر قول الله تبارك وتعالى : (أَأَمِنتُمْ مَنْ فِي السَّمَاء).
    فيقول : “من في السماء هذا مجاز وقد قام البرهان العقلي على أنه تعالى ليس بمتحيز في جهة

    ثم قال : لكن خص السماء بالذكر لأنها مسكن ملائكته”

    ثم قال : “وقيل جبريل وهو الملك الموكل بالخسف وغيره وقيل « من » بمعنى علا والمراد بالعلو القهر والقدرة لا بالمكان”.اهـ.

    هذا ما عليه أئمة أهل السنة والجماعة، والحمد لله الذي وفقنا إلى هذا البرهان والبيان والحمد لله رب العالمين.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.