«

»

Août 21

L’Imâm Ibn Hibbân pratiquait le tawassoul à la tombe des vertueux

      

Dans son livre « Ath-Thiqât » lorsqu’il cite la biographie de ‘Ali Ar-Ridâ, le Hâfidh Ibnou Hibbân»» (tome 8, page 457 de cette édition) a dit :

« قد زرته مرارا كثيرة وما حلت بي شدة في وقت مقامى بطوس فزرت قبر على بن موسى الرضا صلوات الله على جده وعليه ودعوت الله إزالتها عنى إلا أستجيب لي وزالت عنى تلك الشدة وهذا شيء جربته مرارا فوجدته كذلك  »

« Je l’ai visité à maintes reprise, et je n’ai pas été épargné par les difficultés lors de mon séjour à Tous, alors j’ai rendu visite à la tombe de ‘Ali Ibnou Moûçâ Ar-Ridâ et j’y ai invoqué Allâh ; et Allâh m’a exaucé et résolu mon problème. J’ai fait cela à plusieurs reprises (l’invocation auprès de sa tombe) et à chaque fois ce fût le cas (l’exaucement des invocations par Allâh). »

 

Informations utiles :

– L’Imâm, le Hâfidh (spécialiste de la science du Hadîth) Aboû Hâtim Mouhammad Ibnou Hibbân Ibnou Ahmad At-Tamîmi Al-Bousti, est un savant du Salaf, il est né en 270 et il est décédé en 354 de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a environ 1080 ans. Il est un grand spécialiste de la science du Hadîth. Il est l’auteur du « Sahîh » réputé sous le nom de « Sahîh Ibn Hibbân ». Il était du madh-hab (Ecole de jurisprudence) de l’Imâm Ach-Châfi’i.

– Ici, ce grand savant du Salaf, dit s’être rendu à plusieurs reprises à la tombe de ‘Ali Ibnou Moûçâ Ar-Ridâ et y avoir invoqué Allâh afin d’être soulager d’une difficulté. Et il précise qu’après cela, à chaque fois ses problèmes étaient résolus.

– ‘Ali Ibnou Moûçâ Ar-Ridâ est un savant vertueux, descendant du prophète (صلى الله عليه وسلم), il est né en 148 et il est décédé en 203 de l’Hégire (رضي الله عنه). Il est le  fils de Moûçâ al-Kâdhim,qui est le fils de Ja’far As-Sâdiq (رضي الله عنهما).

– Le tawassoul est le fait de demander à Allâh l’obtention d’un profit ou l’empêchement d’une nuisance et ce, par la mention du nom d’un prophète ou d’un saint, par honneur pour celui par lequel le tawassoul est fait. Faire le tawassoul est permis en leur présence et en leur absence tout comme l’indique les preuves selon la Loi de l’Islâm. Le tawassoul ne constitue donc pas une adoration pour autre que Allâh.

– Cette citation nous indique que le fait de se rendre à la tombe du prophète ou d’un vertueux pour y effectuer le tawassoul, cela était un acte pratiqué par les gens de science, depuis l’époque du salaf. Tout comme en témoigne également l’acte :

– L’adoration (al-‘Ibâdah) : c’est l’extrême limite de la crainte et de la soumission, comme l’a mentionné l’Imâm Moujtahid, le Hâfidh (spécialiste du Hadîth), le Loughawi (spécialiste de la langue Arabe) Taqiyyou d-Dîn As-Soubki.
Ainsi le simple fait d’appeler (nidâ) un vivant ou un mort ne constitue pas une adoration d’autre que Allâh, ni le simple fait de glorifier (ta’dhîm) ou de faire al-istighâthah (la recherche du renfort) par autre que Allâh. De même, le simple fait de visiter la tombe d’un saint pour le tabarrouk (la recherche des bénédictions) ne constitue pas une adoration d’autre que Allâh. De même, le simple fait de demander ce qu’il n’est pas habituel de demander aux gens ne constitue pas une adoration d’autre que Allâh. De même, la formule de al-isti’ânah (demande d’aide) à autre que Allâh ta’âlâ ne constitue pas une adoration d’autre que Allâh. Egalement, la simple humilité n’est pas une adoration envers autre que Allâh car sinon, tous ceux qui font preuve d’humilité avec les rois et les nobles seraient devenus mécréants.
C’est-à-dire que tout cela n’est pas du chirk (le fait d’attribuer des associés à Allâh), car la définition de l’adoration (al-‘ibâdah) selon les spécialistes de la langue ne s’applique pas à tout cela. En effet, pour eux, l’adoration (al-‘ibâdah) comme nous venons de le voir est l’obéissance avec la soumission. Voir à ce sujet l’explication de l’Imâm du Salaf, le Loughawi (spécialiste de la langue Arabe) Aboû Is-hâq Ibrâhîm Az-Zajjâj : ici.

– Ainsi, ceux qui déclarent mécréant la personne du simple fait qu’elle a eu pour destination la tombe du Messager (صلى الله عليه وسلم) ou d’un saint, pour le tabarrouk (la recherche des bénédictions), ceux-là ont ignoré la signification de l’adoration (‘ibâdah). Ils ont contredit la croyance qu’ont les musulmans. Les musulmans, qu’ils fassent partie du Salaf ou du Khalaf, ont depuis toujours visité la tombe du Prophète (صلى الله عليه وسلم). Le sens de la visite n’est pas que le Messager (صلى الله عليه وسلم) leur créerait la bénédiction ! Mais le sens en est qu’ils espèrent que Allâh leur crée la bénédiction (barakah) grâce à leur visite de sa tombe. Et il en est de même pour la visite de la tombe d’un vertueux.

– Le Chaykh Al-Ghoumari met en garde contre ceux qui interdisent le tawassoul  [à retrouver : ici]

– Retrouvez d’autres articles au sujet du tawassoul et du tabarrouk : ici.

(1 commentaire)

  1. Oumar

    Baaraka allahou fiikoum. Ce post contribue encore une fois à renforcer notre formation religieuse. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.