«

»

Oct 28

Le Moufti de La Mecque Ibn Houmayd dénonce Mouhammad Ibn ‘Abdi l-Wahhab

as-souhoubou-l-wabilah-Ibn Houmayd   Ibn Houmayd dénonce mouhammad ibn abdel wahhab -as-souhoubou-l-wabilah-p275   Ibn Houmayd dénonce mouhammad ibn abdel wahhab -as-souhoubou-l-wabilah-p276

Dans son recueil de biographies de savants Hambalites intitulé « Al-Souhoub al-Wabila ‘ala Dara’ih Al-Hanabilah » (pages 275-276 de cette édition), le Chaykh Ibn Houmayd Al-Hanbali An-Najdi mentionne la biographie du Chaykh ‘Abdil-Wahhab [Le père de Mouhammad ibn ‘Abdil-Wahhab, le fondateur de la religion wahhabite] dans laquelle il dit :

قرأ في الفقه على أبيه صاحب المنسك المشهور و على غيره و حصل و تفقه ودرس و كتب على بعض المسائل الفقهية كتابة توفي سنة ١١٥٣

وهو والد محمد صاحب الدعوة التي انتشر شررها في الافاق، لكن بينهما تباين مع أن محمدًا لم يتظاهر بالدعوة إلا بعد موت والده،

وأخبرني بعض من لقيته عن بعض أهل العلم عمّن عاصر الشيخ عبد الوهاب هذا أنه كان غضبان على ولده محمد لكونه لم يرض أن يشتغل بالفقه كأسلافه وأهل جهته ويتفرس فيه أن يحدث منه أمر، فكان يقول للناس: يا ما ترون من محمد من الشر، فقدّر الله أن صار ما صار،

وكذلك ابنه سليمان أخو الشيخ محمد كان منافيًا له في دعوته ورد عليه ردًا جيدا بالآيات والآثار لكون المردود عليه لا يقبل سواهما ولا يلتفت إلى كلام عالم متقدمًا أو متأخرا كائنا من كان غير الشيخ تقي الدين بن تيمية وتلميذه ابن القيم فإنه يرى كلامهما نصّا لا يقبل التأويل ويصول به على الناس وإن كان كلامهما على غير ما يفهم،

وسمى الشيخ سليمان رده على أخيه “فصل الخطاب في الرد على محمّد بن عبد الوهاب” وسلّمه الله من شرّه ومكره مع تلك الصولة الهائلة التي أرعبت الأباعد، فإنه كان إذا باينه أحد ورد عليه ولم يقدر على قتله مجاهرة يرسل إليه من يغتاله في فراشه أو في السوق ليلا لقوله بتكفير من خالفه واستحلاله قتله،

وقيل إن مجنونًا كان في بلدة ومن عادته أن يضرب من واجهه ولو بالسلاح، فأمر محمدٌ أن يعطى سيفًا ويدخل على أخيه الشيخ سليمان وهو في المسجد وحده، فأدخل عليه فلما رءاه الشيخ سليمان خاف منه فرمى المجنون السيف من يده وصار يقول: يا سليمان لا تخف إنك من الآمنين ويكررها مرارا، ولا شك أن هذه من الكرامات

« Il a étudié la jurisprudence auprès de son père, l’auteur du célèbre livre Al-Mançak, ainsi qu’auprès d’autres professeurs, et il a acquis de la science. Il a composé des ouvrages bien écrits traitant de certaines questions juridiques. Il est mort en l’an 1153 de l’Hégire. »

Puis suite à cela il dit :

« Et il est le père de Mouhammad [Ibn ‘Abdi l-Wahhab], le fondateur du mouvement dont les étincelles se sont répandues dans tous les horizons, mais il y a une grande différence entre eux. Mouhammad n’a montré sa prédication qu’après la mort de son père.
Quelque uns de ceux que j’ai rencontré m’ont informé d’après les gens de science qui vivaient à la même époque que ce Chaykh ‘Abdi-l Wahhab, qu’il était en colère après son fils Mouhammad, pour la raison qu’il ne voulait pas s’occuper d’apprendre le Fiqh (jurisprudence) comme ses aïeuls, et il pressentait que quelque chose de blâmable allait survenir de lui, alors il disait aux gens : « Qu’est-ce que vous allez voir comme mal de la part de Mouhammad ! » et il s’est passé ce qui s’est passé conformément à la prédestination de Allah.

Egalement, son [autre] fils Soulayman, le frère de Mouhammad [Ibn ‘Abdi l-Wahhab], était lui aussi opposé à sa prédication. Et il l’a réfuté de belle manière, par des versets (ayah) et des traditions, car celui qu’il réfutait (Mouhammad Ibn ‘Abdi l-Wahhab) n’acceptait rien d’autre, et ne faisait attention à la parole d’aucun Savant, parmi les anciens ou les contemporains, quel qu’il soit, sauf Ibn Taymiyah et son élève Ibn Al-Qayyim, car il considérait leurs paroles comme des textes n’acceptant aucune interprétation. Et il se contentait de ça parmi les gens, même si leurs propos étaient autres que ce qu’il comprenait.

Et le Chaykh Soulayman a nommé sa réfutation à l’encontre de son frère « Faslou l-Khitab fi r-radd ‘ala Mouhammad Ibn Abdi l-Wahhab » (le Discours tranchant dans la réfutation de Mouhammad Ibn Abdi l-Wahhab).

Et Allah l’a préservé de son mal et de sa ruse [provenant de Mouhammad Ibn ‘Abdi l-Wahhab], malgré cette terrible tyrannie qui a horrifié même les habitants des contrées lointaines. Car ce qu’il (Mouhammad Ibn ‘Abdi l-Wahhab) faisait quand quelqu’un le contredisait et le réfutait et qu’il était dans l’incapacité de le tuer au grand jour, il envoyait quelqu’un pour le tuer dans son lit ou dans le marché, de nuit, parce qu’il considérait mécréant tout ceux qui était en désaccord avec lui et il rendait licite son assassinat.

On dit qu’il y avait un fou dans un village, qui avait pour habitude de frapper quiconque lui faisait face, même si il était armé. Alors Mouhammad [Ibn ‘Abdi l-Wahhab] à ordonné qu’on donne à ce fou une épée et qu’on le fasse entré dans la Mosquée où se trouvait seul son frère le Chaykh Soulayman, alors on le fît entrer, et quand le Chaykh Soulayman l’a vu il a eu peur de lui. Mais le fou jeta son épée et s’est mit à dire : « Ô Soulayman n’ait crainte, tu fais partie des gens protégé », et il s’est mit à répéter ça plusieurs fois.  Il n’y a aucun doute que ceci une Karamah (prodige)… ».

Informations utiles :

– L’Imam, l’illustre savant, le Chaykh Mouhammad Ibn ‘Abdi l-Lah Ibn Houmayd An-Najdi Al-Hambali est décédé en 1295 de l’Hégire (rahimahoullah), c’est-à-dire il y a environ 140 ans. Il était le Moufti Hambalites de La Mecque.

– Dans son livre « Al-Souhoub al-Wabila ‘ala Dara’ih Al-Hanabilah » (Les nuages de pluie torrentielle sur les tombes des hambalites), le Chaykh Ibn Houmayd a répertorié plus de 800 biographies de savants et savantes de l’école de jurisprudence de l’Imam Ahmad Ibn Hambal.
Parmi ces biographies, nous ne trouvons pas la biographie de Mouhammad ibn ‘Abdi l-Wahhab, bien que le Chaykh Ibn Houmayd sois décédé 80 ans après lui. Cela signifie que Mouhammad Ibn ‘Abdil-wahhab n’était pas considéré comme un homme de science par les savants de son époque et de sa région. Cependant nous retrouvons la biographie du chaykh ‘Abdil-Wahhab [Le père de mouhammad ibn ‘Abdi l-Wahhab] d’où provient la citation ci-dessus.

– Sachez que contrairement à son père et à son grand père, Mouhammad Ibnou ‘Abdi l-Wahhab duquel se réclament les wahhabites, n’était pas un homme de science, il n’était pas un faqih (un spécialiste du jurisprudence), il n’était pas un mouhaddith (c’est-à-dire de ceux qui transmettent le hadith) et il n’était pas un nahwi (un grammairien de la langue arabe). C’est pour cela que les savants qui ont composé dans l’énumération des biographies, des savants Hanbalites n’ont pas inclus Mouhammad Ibn ‘Abdi l-Wahhab dans le nombre des savants Hambalites, les seuls qui ont fait son éloge, ce sont ceux qui l’ont suivi et il n’y a aucune considération à donner à cela.

– A travers ce témoignage historique nous ne pouvons nous empêcher de faire le parallèle évident entre Mouhammad Ibn ‘Abdi l-Wahhab et ses adeptes de notre époque qui eux aussi ne veulent pas apprendre la science de la religion de manière correcte ; qui n’acceptent pas les paroles des savants hormis celles de Ibn Taymiyah, Ibn Al-Qayyim et les leaders récents du Wahhabisme ; qui déclarent mécréants ceux qui s’opposent à leur religion wahhabite tout en déclarant leurs sangs licite ; et qui utilisent la violence et des méthodes fourbes pour imposer leur doctrine.

1 comment

  1. AMIRI

    assalam anlaykoum, si possible envoyez moi ce cours en version PDF dans ma boite mail. baraka-Lah fikoum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.