Le loughawi Az-Zajjaj (du salaf) donne la définition de l’adoration (al-‘ibadah)

az-zajjaj - tafsir ma'ani al qour'an   Ma’ani Al-Qour-an tome 1 - Az-Zajjaj   Az-Zajjaj definition adoration - ibadah - tafsir

Dans son tafsir « Ma’ani Al-Qour-an», lors de l’explication de la parole « إِيَّاكَ نَعۡبُدُ » « iyyaka na’boudou » (sourat Al-Fatihah), l’Imam Az-Zajjaj a dit :

« معنى العبادة في اللغة الطاعة مع الخضوع »

« L’adoration (al-‘ibadah) dans la langue [arabe] c’est l’obéissance avec une soumission extrême »

Informations utiles :

– L’Imam, l’exégète (Moufassir), le Spécialiste de la langue Arabe (Loughawi), le Grammairien (Nahwi) Abou Is-haq Ibrahim Ibnou Mouhammad Ibnou s-Sourri Az-Zajjaj Al-Baghdadi, est l’un des linguistes les plus connus, il faisait partie des gens du Salaf, il est né en 241 et il est décédé en 311 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1120 ans. Il est souvent cité comme référence par les exégètes (moufassiroun). Adh-Dhahabi a dit a son sujet : “Il est le grammairien (Nahwi) de son époque”.

– Le spécialiste de la langue arabe (loughawi) Al-Azhari a également rapporté cette définition de l’Imam Az-Zajjaj dans son livre “Tahdhibou l-Loughah”. Et Al-Azhari fait également parti des loughawi du salaf.

– D’autres savants tels que Al-Farra, Al-Asbahani, Abou Hayyan Al-Andalouçi et autres ont tenu des définitions similaires. L’Imam Taqiyyou d-Din As-Soubki a dit : “L’adoration, c’est l’extrême limite de la crainte et de la soumission”.

– À partir de cette définition de l’adoration, on a su que ce terme ne désigne pas la simple obéissance, ni le simple appel, ni la simple demande de secours ou d’aide, ni la simple crainte, comme le croient à tort certaines personnes.

– En effet, le simple fait d’appeler (nida) un vivant ou un mort ne constitue pas une adoration d’autre que Allah, ni le simple fait de glorifier (ta’dhim) ou de faire al-istighathah (la recherche du renfort) par autre que Allah. De même, le simple fait de visiter la tombe d’un saint pour le tabarrouk (la recherche des bénédictions) ne constitue pas une adoration d’autre que Allah. De même, le simple fait de demander ce qu’il n’est pas habituel de demander aux gens ne constitue pas une adoration d’autre que Allah. De même, la formule de al-isti’anah (demande d’aide) à autre que Allah ta’ala ne constitue pas une adoration d’autre que Allah. Egalement, la simple humilité n’est pas une adoration envers autre que Allah car sinon, tous ceux qui font preuve d’humilité avec les rois et les nobles seraient devenus mécréants.

C’est-à-dire que tout cela n’est pas du chirk (le fait d’attribuer des associés à Allah), car la définition de l’adoration (al-‘ibadah) selon les spécialistes de la langue ne s’applique pas à tout cela. En effet, pour eux, l’adoration (al-‘ibadah) comme nous venons de le voir est l’obéissance avec la soumission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.