L’Imâm At-Tabari rapporte l’interprétation de Qatâdah du terme “sâq” dans soûrat Al-Qalam/42

tafsir tabari   Tafsir Tabari-Qatada-ta'wil-interpretation-saq

Dans son célèbre tafsîr, l’Imâm At-Tabari a dit :

« حدثنا ابن عبد الأعلى، قال: ثنا ابن ثور، عن معمر، عن قتادة، في قوله { يَوْمَ يُكْشَفُ عَنْ ساقٍ } قال: يوم يكشف عن شدة الأمر »

« Qatâdah a dit au sujet de la parole de Allâh : {يَوْمَ يُكْشَفُ عَنْ ساقٍ } (yawma youkchafou ‘an sâq) [-soûrat Al-Qalam / 42-, qui signifie : « Le jour où sera découvert un sâq »] : le jour où sera dévoilée une intense difficulté. »

 

Informations utiles :

– L’Imâm, le Hâfidh (spécialiste de la science du Hadîth), le Moujtahid Aboû Ja’far Mouhammad Ibnou Jarîr At-Tabari est un célèbre savant du Salaf, il est né en 224 et il est décédé en 310 de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a plus de 1120 ans. Son tafsîr connu sous le nom de « Jamî’ou l-bayân fî ta-wîl al-Qour-ân» est très réputé.

– L’illustre successeur des compagnons (Tâbi’i), le Hâfidh (spécialiste de la science du hadîth), le Moufassir (exégète), Qatâdah Ibnou Di’âmah As-Sadoûçi Al-Basri est né en 61 et il est décédé en 118 (ou 117 selon un avis) de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a plus de 1300 ans. Il est une référence dans la science du Tafsîr, et les moufassiroûn (exégète) le mentionnent régulièrement dans leurs ouvrages. De nombreux savants ont fait son éloge tels que l’Imâm Ibnou Sirîn, l’Imâm Ahmad Ibn Hanbal, l’Imâm An-Nawawi et autres.

– Ne pas le confondre avec Qatâdah Ibnou Nou’mân le compagnon qui fût blessé gravement à l’œil lors de la bataille de Ouhoud et qui a été guéri par miracle du prophète (صلى الله عليه وسلم).

– Ici, il dit que ce qui est visé par « sâq » dans ce verset, c’est l’intensité et la difficulté au Jour du Jugement.

– Cette interprétation de Qatâdah a également été donnée en des termes proches par l’Imâm Ibnou l-‘Abbâs [Voir l’article : ici], par Moujâhid, par Al-Khattâbi [Voir l’article : ici], et autres qu’eux [Voir l’article : ici]. Ceci nous démontre que les savants du Salaf, qu’ils soient compagnons, successeurs des compagnons ou autres, avaient quelquefois recourt à l’interprétation détaillée.

– Ce verset ne veut absolument pas dire que Allâh aurait une jambe ou un tibia, comme l’ont prétendu certains assimilateurs. Celui qui croit cela est dans un égarement évident. En effet, Allâh n’a pas de membre, ni d’organe, Il n’est pas un corps, Il n’est ni composé, ni composant.

Il est permis d’écrire du Qour-an dans un récipient et d’en utiliser l’eau pour la guérison (An-Nawawi)

nawawi-Al-Majmou’-Charhou-l-Mouhadh-dhab   Nawawi - Eau - Qour'an

Dans son livre « Al-Majmou’ Charhou l-Mouhadh-dhab », dans le chapitre « ce que nécessite le ghousl », l’Imam An-Nawawi a dit :

« وَلَوْ كَتَبَ الْقُرْآنَ فِي إنَاءٍ ثُمَّ غَسَلَهُ وَسَقَاهُ الْمَرِيضَ فَقَالَ الْحَسَنُ الْبَصْرِيُّ وَمُجَاهِدٌ وَأَبُو قِلَابَةَ وَالْأَوْزَاعِيُّ لَا بَأْسَ بِهِ »

« Al-Haçan Al-Basri, ainsi que Moujahid, Abou Qilabah et Al-Awza’i ont dit qu’il n’y avait pas de mal dans le fait d’écrire du Qour-an dans un récipient puis de le rincer et d’asperger le malade avec [cette eau] »

 Informations utiles :

– L’imam, le Hafidh Abou Zakariyya Mouhyi d-Din Yahya Ibnou Charaf An-Nawawi est un savant de référence. Il est né en 631 et il est décédé en 676 de l’hégire (rahimahou l-Lah), c’est-à-dire il y a plus de 750 ans. Il est du madh-hab (Ecole de jurisprudence) de l’Imam Ach-Chafi’i.

– L’Illustre successeur des compagnons (tabi’i), l’Imam Abou Sa’id Al-Haçan Ibn Abi l-Haçan Yaçar Al-Basri est né en 21 et est décédé en 110 de l’Hégire (rahimahoullah), c’est-à-dire il y a environ 1325 ans. Il fut l’un des savants de l’Islam les plus réputé, de nombreux compagnons et autres savants de l’Islam ont fait son éloge.

– L’Illustre successeur des compagnons (tabi’i), Moujahid ibn Jabr Al-Makhzoumi Al-Makki est né en 20 et est décédé en 102 de l’Hégire (rahimahoullah) c’est à dire il y a environ 1335 ans. Il était l’un des plus grands élèves de Ibn ‘Abbas (radiya l-Lahou ‘anhou). Il est devenu également une référence dans la science de l’exégèse du Qour-an (tafsir).

– L’Illustre successeur des compagnons (tabi’i), l’Imam Abou Qilabah Al-Jarmi Al-Basri est décédé en 104 de l’Hégire (rahimahoullah) c’est à dire il y a 1330 ans.

– L’Imâm du salaf, le Moujtahid, Aboû ‘Amr Abdou r-Rahmân Ibnou ‘Amr Al-Awzâ’i est né en 88 et il est décédé en 158 de l’Hégire (رحمه الله), c’est-à-dire il y a environ 1275 ans. Il était l’un des plus grands savants du salaf. Il compte parmi les grands savants de la communauté qui ont fondé une école de jurisprudence (madh-hab) tout comme l’Imâm Mâlik, l’Imâm Aboû Hanîfah, l’Imâm Soufyân Ath-Thawri, l’Imâm Ach-Châfi’i ou encore l’Imâm Ahmad Ibn Hanbal, mais son école (madh-hab) n’a pas subsisté. Elle fût suivi durant deux siècles, notamment en Andalousie.

– Ici l’Imam An-Nawawi rapporte l’avis de plusieurs savants de référence du salaf, sur le fait qu’il est permis de d’écrire du Qour-an dans un récipient puis de le rincer et d’asperger le malade avec cette eau.

– Parmi les preuves du caractère licite de cela, il y a la parole de Allah ta’ala :

« وَنُنَزِّلُ مِنَ الْقُرْآنِ مَا هُوَ شِفَاء وَرَحْمَةٌ لِّلْمُؤْمِنِينَ وَلاَ يَزِيدُ الظَّالِمِينَ إَلاَّ خَسَاراً » [sourate Al-Isra / 82] ce qui a pour sens : « Nous révélons du Qour-an ce qui comporte une guérison et une miséricorde pour les croyants(…).»

 

L’Imam Ibn ‘Abbas interprète “saq” dans sourat Al-Qalam/42 [rapporté par At-Tabari]

   

Dans son célèbre tafsir, l’Imam At-Tabari a dit :

« حدثني عليّ، قال: ثنا أبو صالح، قال: ثنا معاوية، عن ابن عباس، قوله { يَوْمَ يُكْشَفُ عَن ساقٍ } هو الأمر الشديد المفظع من الهول يوم القيامة »

« Ibnou ’Abbas a dit au sujet de la parole de Allah : { يَوْمَ يُكْشَفُ عَنْ ساقٍ } (yawma youkchafou ‘an saq) [-sourat Al-Qalam / 42-, qui signifie : « Le jour où sera découvert un saq »] c’est l’intensité et la difficulté dues à l’angoisse au Jour du Jugement. »

 

Informations utiles :

– L’Imam, le Hafidh, le Moujtahid Abou Ja’far Mouhammad Ibnou Jarir At-Tabari  est un célèbre savant du salaf, il est né en 224 et il est décédé en 310 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1120 ans. Son tafsir « Jami’ou l-bayan fi ta’wil al-Qouran» est très connu.

– L’éminent savant du Salaf, l’Imam des Moufassir, Abdou l-Lah Ibnou ‘Abbas est un compagnon et il est le cousin du Prophète (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam). Il est décédé en 68 de l’Hégire (Radia l-Lahou ‘anhou) c’est-à-dire il y a environ 1365 ans. Il est très connu pour sa science de l’interprétation (ta-wil) du Qour-an. Le Messager de Allah (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) a fait une invocation en sa faveur, par sa parole : « Allahoumma ‘allimhou l-hikmata wa ta-wila l-kitab ». Cela signifie : « Ô Allah, apprends-lui la sagesse et l’interprétation du Livre ». Cette parole est rapportée par Al-Boukhari, Ibnou Majah et d’autres encore en des termes différents. Le Hafidh Ibnou l-Jawzi dans son livre Al-Majalis a dit : “Et il n’y a pas de doute que Allah a exaucé cette invocation du Messager”. Retrouvez sa biographie : ici.

– Ici, il dit que ce qui est visé par « saq » dans ce verset, c’est l’intensité et la difficulté dues à l’angoisse au Jour du Jugement.

– Ce verset ne veut absolument pas dire que Allah aurait une jambe ou un tibia, comme l’ont prétendu certains assimilateurs. Celui qui croit cela est dans un égarement évident, car Allah n’a pas de membre, ni d’organe, Il n’est pas un corps, Il n’est ni composé, ni composant.

L’Imam At-Tabari rapporte des compagnons l’interpretation de “saq” dans sourat Al-Qalam/42

   

Dans son célèbre tafsir, l’Imam At-Tabari a dit :

« يقول تعالى ذكره { يَوْمَ يُكْشَفُ عَنْ ساقٍ } قال جماعة من الصحابة والتابعين من أهل التأويل : يبدو عن أمر شديد»

« Allah ta’ala dit : { يَوْمَ يُكْشَفُ عَنْ ساقٍ } (yawma youkchafou ‘an saq) [-sourat Al-Qalam / 42-, qui signifie : « Le jour où sera découvert un saq »] : un ensemble de compagnons et de successeurs (tabi’in) spécialiste de l’ interprétation du Qour-an ont dit : « l’avènement d’une difficulté ».»

Informations utiles :

– L’Imam, le Hafidh, le Moujtahid Abou Ja’far Mouhammad Ibnou Jarir At-Tabari  est un célèbre savant du salaf, il est né en 224 et il est décédé en 310 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1120 ans. Son tafsir « Jami’ou l-bayan fi ta’wil al-Qouran» est très connu.

– Ici, il rapporte qu’un ensemble de compagnons et de successeurs des compagnons (tabi’in) spécialiste de l’interprétation du Qour-an, ont dit que ce qui est visé par « saq » dans ce verset est « l’avènement d’une difficulté ».

– Ce verset ne veut absolument pas dire que Allah aurait une jambe ou un tibia, comme l’ont prétendu certains assimilateurs. Celui qui croit cela est dans un égarement évident, car Allah n’a pas de membre, ni d’organe, Il n’est pas un corps, Il n’est ni composé, ni composant.