L’Imâm Al-Baghawi interprète “wajh” dans Soûrat Al-Qasas/88

Tafsir Al-Baghawi - Ma’alim At-Tanzil   Tafsir baghawi wajh moulk ta'wil interpretation

Dans son Tafsîr « Ma’âlim At-Tanzîl », lors de l’explication du verset 88 de Soûrat Al-Qasas, l’Imâm Al-Baghawi a dit :

«  {كل شيء هالك إلا وجهه } أي : إلا هو ، وقيل : إلا ملكه ، قال أبو العالية : إلا ما أريد به وجهه  »

« {koullou chay-in hâlikoun illâ Wajhah} [ce qui signifie : « Tout disparaîtra sauf Son wajh »] c’est-à-dire sauf Lui (Allâh) ; et il a été dit : sauf Sa souveraineté (moulk). Abou l-‘Âliyah a dit : sauf ce par quoi on recherche Son agrément ».

Informations utiles :

– L’Imâm, le Hâfidh (spécialiste de la science du hadîth), le Faqîh (spécialiste de la jurisprudence), le Moufassir (exégète) Abou Mouhammad Al-Houçayn Ibnou Mas’oûd Al-Baghawi est né 433 et il est décédé en 516 de l’Hégire, (رحمه الله) c’est-à-dire il y a plus de 900 ans. Il est du Madh-hab (école de jurisprudence) de l’Imâm Ach-Châfi’i.

– Ici, il mentionne plusieurs interprétations du mot « wajh » dans le verset 88 de Soûrat Al-Qasas. La première interprétation qu’il mentionne est que « wajh » signifie ici Allâh lui-même, la seconde interprétation est que « wajh » a ici le sens de la souveraineté (al-moulk), et c’est d’ailleurs cette interprétation qu’a donné l’Imâm Al-Boukhâri dans le livre du Tafsîr de son célèbre ouvrage « Sahîh Al-Boukhâri » [voir l’article à ce sujet : ici], et la troisième interprétation qu’il mentionne d’après Aboû l-‘Âliyah est que ce qui est visé par « wajh » ici, est ce par quoi l’on recherche l’agrément de Allâh, et cette interprétation a également été donnée par l’Imâm Al-Boukhâri.

– L’Imâm, le Hâfidh (spécialiste de la science du hadîth), le Moufassir (exégète), le Tâbi’i (successeur des compagnons) Rafî’ Abou l-‘Âliyah Ar-Riyâhi Al-Basri est décédé en 90 ou 93 de l’Hégire (ou après selon différents avis) (رحمه الله) c’est-à-dire il y a plus de 1300 ans. Il rencontra un grand nombre de compagnons tel que ‘Oumar, ‘Ali, Aboû Dharr, Ibnou Mas’oûd, Ibnou l-‘Abbâs, Aboû Moûçâ, Aboû Ayyoûb, ‘Â-ichah et beaucoup d’autres (رضي الله عنهم). Il fait parti de ceux qui ont pris le Hadîth de Aboû Hourayrah. Et parmi ceux qui le rapportent de lui on compte Al-Boukhâri, Mouslim, Aboû Dâwoûd, At-Tirmidhi, An-Naçâ-i, et Ibnou Mâjah.

– Le mot « wajh » dans la langue arabe a plusieurs sens, et son sens premier est « visage » ou « face ». Mais ce n’est pas ce sens qui est retenu lorsqu’il est attribué à Allâh. En effet Allâh n’est pas composé de partie, Il n’est pas un corps, Il n’a ni membre, ni organe.

– Consultez d’autres paroles de savants concernant le terme « wajh » : ici.

Le Prophète a interdit d’imaginer Allâh [rapporté par Al-Baghawi]

Tafsir Al-Baghawi - Ma’alim At-Tanzil   tafsir Al-Baghawi t7- la fikrata fi r-rabb

Dans son Tafsîr « Ma’âlim At-Tanzîl », L’Imâm Al-Baghawi a dit :

« أخبرنا أبو سعيد الشريحي ، أخبرنا أبو إسحاق الثعلبي ، أخبرني الحسن بن محمد الشيباني أخبرنا محمد بن سليمان بن الفتح الحنبلي ، حدثنا علي بن محمد المصري ، أخبرنا أبو إسحاق بن منصور الصعدي ، أخبرنا العباس بن زفر ، عن أبي جعفر الرازي ، عن أبيه عن الربيع بن أنس ، عن أبي العالية ، عن أبي بن كعب عن النبي – صلى الله عليه وسلم – في قوله : ” وأن إلى ربك المنتهى ” ، قال : ” لا فكرة في الرب ” ، وهذا مثل ما روي عن أبي هريرة مرفوعا : ” تفكروا في الخلق ولا تتفكروا في الخالق ” فإنه لا تحيط به الفكرة . »

« D’après Aboû Ibnou Ka’b, concernant la parole de Allâh {وأن إلى ربك المنتهى} [wa inna ilâ Rabbika l-Mountahâ], le prophète (salla l-Lâhou ‘alayhi wa sallam) a dit [ce qui a pour sens :] « On n’imagine pas Allâh (Ar-Rabb) ». Et ceci est semblable à ce qui est rapporté d’après Abou Hourayrah, que le prophète a dit [ce qui a pour sens :] « Méditez sur la création [de Allâh] et non sur Le Créateur », en effet on ne peut pas Le cerner par l’imagination.»

Informations utiles :

– L’Imâm, le Hâfidh (spécialiste de la science du hadîth), le Faqîh (spécialiste de la jurisprudence), le Moufassir (exégète) Abou Mouhammad Al-Houçayn Ibnou Mas’oûd Al-Baghawi est né 433 et il est décédé en 516 de l’Hégire, c’est-à-dire il y a plus de 900 ans. Il est du Madh-hab (école de jurisprudence) de l’Imam Ach-Châfi’i.

– Ici il rapporte du prophète (salla l-Lâhou ‘alayhi wa sallam) une règle en or dans le tawhîd « on n’imagine pas Allâh ». Certains savants ont d’ailleurs dit : « Quoi que tu imagines en ton esprit Allâh n’est pas ainsi ». Egalement ‘Abdou l-Lâh Ibnou ‘Abbas a dit : «تفكّروا في خلق الله ولا تفكّروا في ذات الله » ce qui a pour sens : « Méditez sur la création de Allâh mais ne méditez pas sur Allâh Lui-même » [rapporté par Al-Bayhaqi].

– Ce hadîth nous enseigne qu’il est impossible et interdit d’essayer d’imaginer Allâh. En effet Allâh ne peut-être imaginé car Il n’est pas un corps ayant une image, une forme, ou un comment (kayf), de plus Allâh n’est pas localisé dans un endroit ou une direction.

– Le Hadîth du prophète « لا فكرة في الرب » qui a pour sens : « On n’imagine pas Allâh (Ar-Rabb) » a également été rapporté par As-Souyoûti, Ad-Dâraqoutni et d’autres. Cela fera l’objet d’articles inchâ’a l-Lâh.