Le Chaykh Al-Bouhouti confirme qu’on ne se base pas sur le calcul pour déterminer ramadan

al-bouhouti - Kach-chafou l-Qina’   Al-Bouhouti - on ne se base pas sur le calcul pour ramadan

Dans son livre « Kach-chafou l-Qina’ », le Chaykh Al-Bouhouti Al-Hanbali a dit :

« وإن نواه أي صوم يوم الثلاثين من شعبان بلا مستند شرعيّ من رؤية هلاله أو إكمال شعبان أو حيلولة غيم أو قتر ونحوه  ان صامه لحساب ونجوم ولو كثرت إصابتهما أو مع صحو فبان منه لم يجزئه صومه لعدم استناده لما يعوّل عليه شرعًا »

« Et s’il a fait l’intention de jeûner le trentième jour de Cha’ban sans aucun argument légal tel que la vue de son croissant [C’est-à-dire du croissant de Ramadan], l’accomplissement de Cha’ban [à trente jours] ou la présence de nuages, de difficultés ou de ce qui est équivalent, comme dans le cas de celui qui a jeûné en se basant sur le calcul et l’astronomie, même si plusieurs de leurs conclusions convergent, ou bien si le ciel est dégagé mais il n’a pas fait d’observation, alors son jeûne ne le décharge pas parce qu’il ne s’est pas basé sur ce qui est un argument du point de vue de la Loi de l’Islam »

 

Informations utiles :

– Le Chaykh, Al-‘Allamah (l’illustre savant), le faqih (spécialiste de la jurisprudence) Mansour Ibn Younous Al-Bouhouti Al-Hanbali est né en 1000 et il est décédé en 1051 de l’Hégire (rahimahoullah), c’est-à-dire il y a environ 385 ans. Il est l’un des plus connus parmi les faqih Hanbali des derniers siècles.

– Ici, il dit clairement qu’il n’est pas valable de se baser sur le calcul pour déterminer le début du mois de Ramadan.

– En effet le Messager de Allah (Salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) a dit :

« لا تقَدّموا رمضان بيوم أو يومين صُوموا لِرُؤيَتِهِ وأَفْطِروا لرؤيته فإن غُمَّ عَلَيكُم فَأَكْمِلُوا عِدَّةَ شَعْبَان ثَلاثين يوماً »

Cette parole signifie : « N’anticipez pas Ramadan d’un jour ou deux. Jeûnez à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant] et si vous ne l’avez pas vue, poursuivez le compte de Cha’ban à trente jours » [rapporté par Al-Boukhari et Mouslim].

– Et il a dit également (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) :

« إنا أمة أمية لا نكتب ولا نحسب الشهر هكذا وهكذا يعني مرة تسعة وعشرين ومرة ثلاثين »

Cette parole signifie « Nous somme une communauté ‘oummiyyah [c’est-à-dire pour la plupart] qui n’écrivons pas et ne calculons pas. Le mois est ainsi, soit ainsi soit ainsi ; c’est-à-dire soit 29 soit 30 jours » [rapporté par Al-Boukhari et d’autres]

– Ce jugement fait l’objet de l’unanimité dans les 4 écoles de fiqh et chez les gens du Salaf. Ce jugement ne change pas en fonction des années ni des avancées technologiques.

– Voir d’autres paroles de savants à ce sujet : ici .

L’Imam Al-Baji rapporte l’unanimité sur le fait qu’il n’est pas permis de se baser sur le calcul pour déterminer Ramadan

Ibn hajar al-3Asqalani-fath-al-bari   Al-Baji Al-Maliki unanimité vision du croissant ramadan - calcul

Dans son commentaire du Sahih de Al-Boukhari «Fath Al-Bari », après avoir expliqué en détail qu’il n’est pas permis de se baser sur le calcul pour déterminer le début du mois de ramadan (voir l’article ici), l’Imam Ibnou Hajar Al-’Asqalani rapporte :

« قال الباجي : وإجماع السلف الصالح حجة عليهم »

« Al-Baji a dit : ” Et Il y a unanimité des pieux prédécesseurs (as-salaf as-salih) sur cela. »

 

Informations utiles :

– Chaykhou l-Islam, Amir al-Mouminin fi l-hadith (le Prince des croyants dans la science du hadith) Chihab ad-Din Abou l-Fadl Ahmad Ibn ‘ali Ibnou Hajar Al-’Asqalani est né en 773 et il est décédé en 852 de l’hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a environ 580 ans. C’est un très grand spécialiste de la science du hadith qui a écrit de nombreux ouvrages. Il est du madh-hab (Ecole de jurisprudence) de l’Imam Ach-Chafi’i. Son livre « Fath Al-Bari » est incontournable, c’est l’un des plus célèbres commentaires du Sahih Al-Boukhari.

– Vous pouvez consulter sa biographie : ici.

– L’Imam , le Qadi (le juge), Le Faqih ( le spécialiste de la jurisprudence) Abou l-Walid Soulayman Ibn Khalaf Al-Baji Al-Maliki Al-Andalouçi Al-Qourtoubi est né en 403 et il est décédé en 474 de l’Hégire (rahimahoullah) c’est-à-dire il y a 960 ans.Il est l’un des plus connus parmi les faqih de l’école de l’Imam Malik et il est l’auteur d’un commentaire du Mouwatta.

– Ici il dit qu’il y a unanimité depuis les pieux predecesseurs, c’est-à-dire depuis les trois premiers siècles de l’Hégire sur le fait que l’on ne se base pas sur le calcul pour déterminer le début du mois de Ramadan.

– En effet le Messager de Allah (Salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) a dit :

« لا تقَدّموا رمضان بيوم أو يومين صُوموا لِرُؤيَتِهِ وأَفْطِروا لرؤيته فإن غُمَّ عَلَيكُم فَأَكْمِلُوا عِدَّةَ شَعْبَان ثَلاثين يوماً »

Cette parole signifie : « N’anticipez pas Ramadan d’un jour ou deux. Jeûnez à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant] et si vous ne l’avez pas vue, poursuivez le compte de Cha’ban à trente jours » [rapporté par Al-Boukhari et Mouslim].

– Et il a dit également (salla l-Lahou ‘alayhi wa sallam) :

« إنا أمة أمية لا نكتب ولا نحسب الشهر هكذا وهكذا يعني مرة تسعة وعشرين ومرة ثلاثين »

Cette parole signifie « Nous somme une communauté ‘oummiyyah [c’est-à-dire pour la plupart] qui n’écrivons pas et ne calculons pas. Le mois est ainsi, soit ainsi soit ainsi ; c’est-à-dire soit 29 soit 30 jours » [rapporté par Al-Boukhari et d’autres]

– Ce jugement fait l’objet de l’unanimité dans les 4 écoles de fiqh et chez les gens du Salaf. Ce jugement ne change pas en fonction des années ni des avancées technologiques.

– Voir d’autres paroles de savants à ce sujet : ici .

L’Imâm Ibn Hajar Al-‘Asqalâni confirme que le calcul n’est pas pris en compte pour déterminer Ramadân

Ibn hajar al-3Asqalani-fath-al-bari  Ibn Hajar al-'Asqalani - on ne se base pas sur le calcul pour ramadan

Dans son commentaire du Sahîh de Al-Boukhâri «Fath Al-Bârî », l’Imâm Ibnou Hajar Al-’Asqalâni a dit lors de l’explication de la parole du Prophète (صلى الله عليه وسلم) :

« إنا أمة أمية لا نكتب ولا نحسب الشهر هكذا وهكذا يعني مرة تسعة وعشرين ومرة ثلاثين » [qui a pour sens : ] « Nous somme une communauté ‘oummiyyah [c’est-à-dire pour la plupart] qui n’écrivons pas et ne calculons pas. Le mois est ainsi, soit ainsi soit ainsi ; c’est-à-dire soit 29 soit 30 jours » :

« فَعَلَّقَ (النبيُّ) الْحُكْمَ بِالصَّوْمِ وَغَيْرِهِ بِالرُّؤْيَةِ (في حديث: صُومُوا لِرُؤْيَتِهِ وَأَفْطِرُوا لِرُؤْيَتِهِ) لِرَفْعِ الْحَرَجِ عَنْهُمْ فِي مُعَانَاةِ حِسَابِ التَّسْيِيرِ (أي حِساب تسيير النجوم والقمر) وَاسْتَمَرَّ الْحُكْمُ فِي الصَّوْمِ وَلَوْ حَدَثَ بَعْدَهُمْ مَنْ يَعْرِفُ ذَلِكَ (أي مِن الحُسّاب والمنجِّمين ونحوهم) بَلْ ظَاهِرُ السِّيَاقِ يُشْعِرُ بِنَفْيِ تَعْلِيقِ الْحُكْمِ بِالْحِسَابِ أَصْلًا وَيُوَضِّحُهُ قَوْلُهُ فِي الْحَدِيثِ الْمَاضِي: “فَإِنْ غُمَّ عَلَيْكُمْ فَأَكْمِلُوا الْعِدَّةَ ثَلَاثِينَ وَلَمْ يَقُلْ فَسَلُوا أَهْلَ الْحِسَابِ” »

« Ainsi, il (le prophète صلى الله عليه وسلم) a relié le jugement concernant le jeûne et d’autres questions avec la vue [du croissant], (dans le hadîth qui a pour sens : Jeûnez à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant]) pour les dégager de l’embarras dû au calcul éprouvant des cycles et des trajectoires. Le jugement pour le jeûne demeure et ce, même s’il vient après [les compagnons] des gens qui connaissent tout cela. Bien plus, le contexte de la parole fait connaître le rejet radical de la dépendance du jugement sur le calcul et cela est clarifié par la parole  [qui a pour sens] : « …  et si l’observation est gênée [par des nuages par exemple], poursuivez  le compte de Cha’bân à trente jours » et il n’a pas dit : demandez donc aux gens qui utilisent le calcul. »

 

Informations utiles :

– Chaykhou l-Islâm, Amîr al-Mouminîn fi l-hadîth (le Prince des croyants dans la science du hadîth) Chihâb ad-Dîn Abou l-Fadl Ahmad Ibnou ‘Ali Ibnou Hajar Al-‘Asqalâni est né en 773 et il est décédé en 852 de l’hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a environ 580 ans. C’est un très grand spécialiste de la science du hadîth qui a écrit de nombreux ouvrages. Il est du madh-hab (Ecole de jurisprudence) de l’Imam Ach-Châfi’i. Son livre « Fath Al-Bârî » est incontournable, c’est l’un des plus célèbres commentaires du Sahîh Al-Boukhâri. Consultez sa biographie : ici.

– Ici, l’Imâm Ibnou Hajar confirme qu’il n’est pas valable de se baser sur le calcul pour déterminer le début du mois de Ramadan. Et pour preuve, ils citent deux hadîth du prophète (صلى الله عليه وسلم).

– La détermination du mois de Ramadân a lieu par l’observation, à l’œil nu, du croissant de lune après le coucher du soleil du 29ème jour de Cha’bân, conformément à la tradition Prophétique. On ne peut donc pas prévoir la date exacte du début du mois de Ramadân à l’avance par calcul. Et cela est également valable pour tous les mois lunaires. Les calendriers basés sur des calculs permettent seulement d’avoir une date approximative (à un ou deux jours près) du début du mois.

– En effet le Messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم) a dit :

« لا تقَدّموا رمضان بيوم أو يومين صُوموا لِرُؤيَتِهِ وأَفْطِروا لرؤيته فإن غُمَّ عَلَيكُم فَأَكْمِلُوا عِدَّةَ شَعْبَان ثَلاثين يوماً »

Cette parole signifie : « N’anticipez pas Ramadân d’un jour ou deux. Jeûnez à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant] et si vous ne l’avez pas vue, poursuivez le compte de Cha’bân à trente jours » [rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim].

– Ce jugement fait l’objet de l’unanimité dans les 4 écoles de fiqh et chez les gens du Salaf. Ce jugement ne change pas en fonction des années ni des avancées technologiques.

– Consultez d’autres paroles de savants à ce sujet : ici .

Le Chaykh Mayyârah Al-Mâliki confirme qu’il n’est pas permis de se baser sur le calcul pour déterminer le début de Ramadân

ad-dourrou-th-thamin-cover   Mayyarah Al-Maliki - unanimité - Ramadan - calcul

Dans son livre « Ad-Dourrou th-Thamîn wa l-Mawridou l-Ma’în » le Chaykh Mayyârah Al-Mâliki a dit :

« قال الشهاب القرافي عن سند : لو كان الإمام يرى الحساب في الهلال فأثبت به لم يتبع لإجماع السلف على خلافه »

« Ach-Chihâb Al-Qarâfi a dit, selon Sanad : « Et si le gouverneur se base sur le calcul [astronomique] et qu’il affirmerait par cela le [début du] mois lunaire, on ne le suit pas car l’unanimité des gens du salaf est en opposition avec cela »

Informations utiles :

– Le Chaykh Mouhammad Ibnou Ahmad Mayyârah Al-Mâliki Al-fâçi est né en 999 et il est décédé en 1072 de l’Hégire (رحمه الله)  c’est-à-dire il y a environ 360 ans. Il était de l’école de jurisprudence (madh-hab) malikite. Il était l’élève direct du Chaykh Ibnou ‘Âchir. Consultez sa biographie : ici.

– Son livre « Ad-Dourrou th-Thamîn wa l-Mawridou l-Ma’în » est un commentaire du très célèbre traité « Al-Mourchidou l-Mou’în ‘ala d-Daroûriyyi min ‘Ouloumi d-Dîn » , appelé plus couramment le « Matn de Ibnou ‘Âchir » composé par le Chaykh ‘Abdou l-Wâhid Ibnou ‘Âchir Al-Ansâri Al-Ach’ari Al-Mâliki (990 – 1040 H) (رحمه الله). Consultez sa biographie : ici.

– L’illustre savant, spécialiste des fondements (Ousoûli) le Chaykh Chihâbou d-Dîn Abou l-‘Abbâs Ahmad Ibnou Idrîss Al-Qarâfi Al-Mâliki Al-Misri, est l’un des spécialistes de la jurisprudence (Fouqahâ) chez les malikites. Il est né en 626 et il est décédé en 684 de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a environ 750 ans.

–  L’illustre savant, le Faqîh (spécialiste du Fiqh) Sanad Ibnou ‘Inân Ibnou Ibrâhîm Al-Mâliki Al-Misri est décédé en 541 de l’Hégire à Al-Iskandariyyah -Alexandrie- (Egypte) (رحمه الله)  c’est-à-dire il y a environ 900 ans.

– Ici, il rapporte l’unanimité des savants du Salaf sur le fait qu’il n’est pas permis de se baser sur le calcul pour déterminer le début du jeune de Ramadân.

– La détermination du mois de Ramadân a lieu par l’observation, à l’œil nu, du croissant de lune après le coucher du soleil du 29ème jour de Cha’bân, conformément à la tradition Prophétique. On ne peut donc pas prévoir la date exacte du début du mois de Ramadân à l’avance par calcul. Et cela est également valable pour tous les mois lunaires. Les calendriers basés sur des calculs permettent seulement d’avoir une date approximative (à un ou deux jours près) du début du mois.

– En effet le Messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم) a dit :

« لا تقَدّموا رمضان بيوم أو يومين صُوموا لِرُؤيَتِهِ وأَفْطِروا لرؤيته فإن غُمَّ عَلَيكُم فَأَكْمِلُوا عِدَّةَ شَعْبَان ثَلاثين يوماً »

Cette parole signifie : « N’anticipez pas Ramadân d’un jour ou deux. Jeûnez à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant] et si vous ne l’avez pas vue, poursuivez le compte de Cha’bân à trente jours » [rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim].

– Voir d’autres paroles de savants à ce sujet : ici .

L’Imâm Ibn ‘Âbidîn rapporte l’unanimité sur le fait qu’il n’est pas permis de se baser sur le calcul pour déterminer le début de Ramadân

   

 Dans son livre « Raddou l-Mouhtâri ‘ala d-Dourri l-Moukhtâr » (tome 3 page 354 de cette édition) qui est le commentaire du livre « Ad-Dourr » qui compte parmi les plus célèbres livres de savants Hanafites, l’Imâm Ibnou ‘Âbidîn a dit :

« قوْلُهُ :« لا عِبْرَةَ بِقَوْلِ المُوَقّتينَ» أيْ في وجوبِ الصومِ على الناسِ »

وقالَ :« لا يُعْتَبَرُ قولهُمْ بالإجماعِ ولا يجوزُ للمنجّمِ أنْ يعملَ بحسابِ نَفْسِهِ »

« Sa parole “on ne donne pas de considération à la parole de ceux qui se basent sur le calcul” vise la détermination de l’obligation de commencer le jeûne pour les gens ».

Puis il a dit : « Leur parole n’est pas prise en considération, et ce à l’unanimité, et il n’est pas permis à l’astronome de jeûner en se basant sur ses propres calculs ».

 

Informations utiles :

 

– L’Imâm, Le Faqîh – spécialiste de la jurisprudence -, Mouhammad Amîn Ibnou ‘Oumar connu sous le nom de Ibnou ‘Âbidîn Al-Hanafi, est né en 1198 et il décédé en 1252 de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a environ 180 ans. C’est un savant très connu, qui était considéré comme l’Imâm Hanafite de son temps. Il vécu et enseigna principalement à Damas.

– Son livre « Raddou l-Mouhtâri ‘ala d-Dourri l-Moukhtâr » qui comporte plusieurs volumes est son ouvrage le plus célèbre.

– Ici, il rapporte l’unanimité sur le fait qu’il n’est pas permis de se baser sur le calcul astronomique pour déterminer le début du jeune.

– La détermination du mois de Ramadân a lieu par l’observation, à l’œil nu, du croissant de lune après le coucher du soleil du 29ème jour de Cha’bân, conformément à la tradition Prophétique. On ne peut donc pas prévoir la date exacte du début du mois de Ramadân à l’avance par calcul. Et cela est également valable pour tous les mois lunaires. Les calendriers basés sur des calculs permettent seulement d’avoir une date approximative (à un ou deux jours près) du début du mois.

– En effet le Messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم) a dit :

« لا تقَدّموا رمضان بيوم أو يومين صُوموا لِرُؤيَتِهِ وأَفْطِروا لرؤيته فإن غُمَّ عَلَيكُم فَأَكْمِلُوا عِدَّةَ شَعْبَان ثَلاثين يوماً »

Cette parole signifie : « N’anticipez pas Ramadân d’un jour ou deux. Jeûnez à la vue [du croissant] et interrompez le jeûne à la vue [du croissant] et si vous ne l’avez pas vue, poursuivez le compte de Cha’bân à trente jours » [rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim].

– Voir d’autres paroles de savants à ce sujet : ici .