Le Qâdî Ibn Rouchd Al-Jadd confirme que Allâh n’est pas un corps et qu’Il est sans endroit

al-mouqaddimat-al-moumahhaddat-ibn-rushd   al-mouqaddimat-al-moumahhaddat-ibn-rochd-tome-1   ibn-rouchd-al-jadd-allah-nest-pas-un-corps-il-est-sans-endroit

Dans son livre «Al-Mouqaddimât al-Moumahhadât» (Tome 1 page 23 de cette édition) le Qâdî Ibnou Rouchd Al-Jadd a dit :

« ولا يجوز عليه تعالى ما يجوز على الجواهر والأجسام من الحركة والسكون والزوال والانتقال والتغير والمنافع والمضار، ولا تحويه الأمكنة ولا تحيط به الأزمنة»

« Il n’est pas possible au sujet de Allâh ce qui est possible concernant les substances et les corps, comme le mouvement, l’immobilité, la disparition (d’un endroit à un autre), le déplacement, le changement, ce qui peux Lui apporter un profit et ce qui peux Lui apporter une nuisance, Il n’est pas contenu par les endroits et Il ne dépend pas du temps. »

 

Informations utiles :

– Le Qâdî (juge), le Faqîh (spécialiste de la jurisprudence), le Chaykh Abou l-Walîd Mouhammad Ibnou Ahmad, Qâdi l-Jamâ’ah à Qourtoubah –Cordoue– connu sous le nom de Ibnou Rouchd Al-Jadd (le grand-père), est né en 450 et il est décédé en 520 de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a plus de 910 ans. Il était un grand savant dans le Madh-hab (Ecole de jurisprudence) Malikite et il fut notamment l’un des Chaykh du Qâdî ‘Iyâd.

– Il ne faut pas le confondre avec son petit fils Ibnou Rouchd (connu sous le nom de Averroès) le philosophe qui est mort en 595 de l’Hégire.

– Ici, il confirme que Allâh n’est pas un corps ni une substance, de ce fait Allâh n’est pas concerné par les caractéristiques des corps et des substances comme : le mouvement, l’immobilité, le changement, le déplacement, l’occupation d’un endroit et la dépendance au temps.

– Le Qâdî Ibnou Rouchd enseignait également que l’istiwâ de Allâh sur Son trône n’est pas un établissement (istiqrâr) [voir : ici], et qu’il n’est pas permis de dire au sujet de Allâh : « Où ? » en s’illusionnant qu’Il serait dans un endroit,  ni « Comment ? » en s’illusionnant que Allâh serait caractérisé par des caractéristiques des corps,  ni « Quand ? » en s’illusionnant que Allâh serait entré en existence à un moment donné [voir : ici].

 

L’Imâm Taqiyyou d-Dîn Al-Housni parle du Hadîth an-nouzoûl

Al-Housni - Daf3ou choubah   Al-Housin - Hadith du nouzoul

Dans son livre « Daf’ou choubahi man chabaha wa tamarad » (page 125 de cette édition), l’Imâm Taqiyyou d-Dîn Al-Housni a dit :

« ومنها حديث النزول وهو في الصحيحين من حديث أبي هريرة رضي الله عنه أنه قال ينزل ربنا كل ليلة إلى السماء الدنيا حين يبقى ثلث الليل الآخر يقول من يدعوني فأستجيب له إلى آخره .وهذا الحديث رواه عشرون نفسا من الصحابة رضي الله عنهم .وقد تقدم أنه تستحيل على الله عزوجل الحركة والتنقل والتغير لأن ذلك من صفات الحدث فمن قال ذلك في حقه تعالى فقد ألحقه بالمخلوق وذلك كفر صريح لمخالفة القرآن في تنزيهه لنفسه سبحانه وتعالى »

« Et parmi eux (c’est-à-dire les hadîth à ne pas prendre selon le sens apparent), il y a le Hadîth du nouzoûl. Il est dans les deux sahîh (Al-Boukhâri et Mouslim), d’après Aboû Hourayrah (رضي الله عنه), le prophète (صلى الله عليه وسلم) a dit : « Yanzilou rabbounâ koullou laylatin ila s-samâ-i d-Dounyâ hîna yabqâ thouloutha l-layli l-Âkhiri yaqoûlou man yad’oûnî fa-asstajîbou lahou … » jusqu’à sa fin. Et ce hadîth a été rapporté par vingt compagnons (رضي الله عنهم).
Comme dit précédemment, il est impossible au sujet de Allâh ‘azza wa jall le mouvement, le déplacement et le changement, car cela est de parmi les attributs des créatures ; et celui qui attribue cela au sujet de Allâh ta’âlâ, lui aura attribué d’être une créature et cela est de la mécréance explicite de par la contradiction que cela comporte du Qour-ân, en ce qui concerne l’exemption de Allâh [de tout ce qui est indigne de lui être attribué] pour Lui-même soubhânahou wa ta’âlâ »

Informations utiles :

– L’Imâm, le Faqîh (spécialiste de la jurisprudence) Aboû Bakr Taqiyyou d-Dîn Al-Housni Al-Houçayni Ach-Châfi’i Ad-Dimachqi est né en 752 et il est décédé en 829 de l’Hégire (رحمه الله), c’est-à-dire il y a plus de 600 ans.

– Ici il évoque le hadîth connu sous le nom de hadîth du nouzoûl et il dit qu’il ne faut pas comprendre de ce hadîth que Allâh serait concerné par le mouvement, le déplacement et le changement, car ce sont là trois attributs de parmi ceux des créatures. Et il dit que celui qui attribue l’un de ces trois attributs à Allâh, a commis de la mécréance, car cela comporte une contradiction du Qour-ân.

– Il y a en effet certaines personnes ignorantes de la science du tawhîd, qui s’illusionnent suite à la lecture de ce hadîth que Allâh serait dans la direction du haut et qu’Il descendrait dans le ciel. Cette mauvaise compréhension les a mené à la mécréance.

– Retrouvez d’autres paroles de savants concernant le hadîth du nouzoûl : ici.

L’Imâm Ach-Chîrâzi dit que Allâh n’est pas concerné par le déplacement, le mouvement et le changement

Chirazi - Icharah ila madh-hab ahlil-Haqq   chirazi - Allah n'est pas concerné par changement - déplacement - mouvement

Dans son livre « Al-Ichârah ilâ madh-hab ahli l-Haqq », après avoir confirmé que Allâh n’est pas établi sur le trône [voir l’article à ce sujet : ici] l’Imâm Ach-Chîrâzi a dit :

« لا يجوز عليه التغيير ولا التبديل ولا الانتقال ولا التحريك »

« Il n’est pas possible au sujet de Allâh le changement, le déplacement et le mouvement ».

Informations utiles :

– L’Imâm, le Faqîh (spécialiste de la jurisprudence), le Chaykh Ibrâhîm Ibnou ‘Ali Abou Is-hâq Ach-Chîrâzi est né en 393 et il est décédé en 476 de l’Hégire (رحمه الله), c’est-à-dire il y a plus environ 960 ans. Il est de l’école de jurisprudence (madh-hab) de l’Imâm Ach-Châfi’i. Il est d’ailleurs l’auteur de « At-Tanbîh » qui est un ouvrage de référence dans le madh-hab Chafi’ite.

– Ici il mentionne des points importants concernant le tawhîd (la science de l’unicité), à savoir que Allâh n’est concerné ni par le changement, ni le déplacement, ni le mouvement. En effet ces caractéristiques font parties des attributs des corps, et Allâh n’est pas un corps.

L’Imam Ahmad Ibn Hanbal a interprété le verset « wa ja-a Rabbouka » [Rapporté par As-Sa’idi]

Al-Jawhar Al-Mouhsal - as-sa'idi al-hanbali   Ahmad Ibn Hanbal - interpretation - wa ja-a rabbouka - ta'wil

Dans son livre « Al-Jawhar Al-Mouhsal fi Manaqibi l-Imam Ahmad Ibnou Hanbal », le Chaykh As-Sa’idi Al-Hanbali rapporte que l’Imam Ahmad Ibnou Hanbal a dit :

« [قال الإمام أحمد بن حنبل:] قال الله جلَّ ذكره{وجاء ربك والملك صفا صفا} وإنما تأتي قدرته »

« Allah jalla dit : « wa ja’a Rabbouka wa l-malakou saffan saffa » ; et certes c’est la manifestation de Sa puissance qui viendra (qoudratouhou). »

Informations utiles :

– L’Illustre savant du Salaf, le Moujtahid, l’Imam Abou ‘Abdi l-Lah Ahmad Ibnou Mouhammad Ibnou Hanbal Ach-Chaybani est né en 164 et il est décédé en 241 de l’Hégire (rahimahou l-Lah) c’est-à-dire il y a plus de 1190 ans. Il est l’Imam de l’école Hanbalite, l’un des quatre Imams.

– Le Chaykh Mouhammad Ibn Mouhammad Ibn Abi Bakr As-Sa’idi Al-Misri Al-Hanbali est né en 836 et il est décédé en 900 de l’Hégire (rahimahou l-Lah), c’est-à-dire il y a plus de 530 ans. Il était un savant de l’école Hambalite. Son livre « Al-Jawhar Al-Mouhsal fi Manaqibi l-‘Imam ‘Ahmad Ibnou Hanbal  » est consacré à l’Imam Ahmad.

– Ici, le Chaykh As-Sa’idi Al-Hanbali rapporte dans son ouvrage que l’Imam Ahmad ibn Hanbal a fait l’interprétation du verset {وَجَآءَ رَبُّك } « wa ja-a Rabbouka », en disant que c’est la manifestation de la puissance de Allah qui viendra.

– Cela a également été rapporté par l’Imam Al-Bayhaqi avec une chaîne de transmission sahih (authentique).

– Quant aux moujassimah (ceux qui attribuent à Allah les caractéristiques des créatures) ils comprennent de ce verset que Allah lui même viendra, c’est à dire qu’ils attribuent à Allah le mouvement et le déplacement.

– Cette citation est une preuve supplémentaire confirmant le fait que les musulmans du Salaf avaient quelquefois recours à l’interprétation détaillé (ta-wil).

– Voir d’autres citations de savants concernant l’explication du verset {وَجَآءَ رَبُّك } « wa ja-a Rabbouka »: ici.

L’Imam Ath-Tha’alibi explique le verset “wa ja-a rabbouka”

tafsir-ath-tha3alibi   tafsir tha'alibi - wa ja'a rabbouka

Dans son tafsir du Qour-an « Al-Jawahir Al-Hissan», lors de l’explication du verset 22 de Sourat Al-Fajr, l’Imam Ath-Tha’alibi a dit :


« وقوله تعالى {وَجَاءَ رَبُّكَ} معناه جاء أمره و قضاؤه »

« Sa parole ta’ala : “wa ja-a Rabbouka” {وَجَآءَ رَبُّك }, cela signifie que viendront l’ordre et le jugement de ton Seigneur. »

 Informations utiles :

– L’Imâm, le Mouhaddîth (spécialiste de la science du hadîth), le Faqîh (spécialiste de la jurisprudence), le Moufassir (exégète), le Loughawi (spécialiste de la langue Arabe) Abdou-r-Rahmân ibnou Mouhammad ibnou Makhlouf Abi Zayd Ath-Tha’âlibi Al-Mâliki est né en 786 dans la région de Ouled Isser et il est décédé en 875 de l’Hégire à Alger (rahimahou l-Lâh), c’est-à-dire il y a environ 560 ans. Il est un savant dans le madh-hab (école de jurisprudence) de l’Imam Mâlik. On peut citer parmi ses nombreux Chouyoukh, le Hâfidh Waliyou d-Dîn Al-’Irâqi. Et de parmi les savants reconnu qui ont fait son éloge, le Hâfidh As-Sakhâwi. Il est enterré à Alger dans un Mausolée connu par le nom ” Sayyidi ‘Abder-Rahmân ”.

– Ici il explique le verset {وجاءَ ربُّكَ} « wa ja-a rabbouka » [Sourat Al-Fajr/22] et dit que cela signifie que c’est l’ordre de Allah et Son jugement qui viendront. Et il poursuit en disant que cela n’est pas un déplacement de la part de Allah. Ce verset ne veut donc pas dire que c’est Allah lui-même qui viendra comme l’ont prétendu certains anthropomorphistes.