«

»

Juil 21

L’Imâm Al-Moutawalli explique le verset {wa râfi’ouka ilayya} [Soûrat Âli ‘Imrân / 55]

Al-Moutawalli - Al-Ghounyah   Imam Al-moutawalli tafsir verset wa rafi'ouka ilayya - sourat ali imran 55

Dans son livre « Al-Ghounyah fî Ousoûli d-Dîn » (page 78 de cette édition) l’Imâm Al-Moutawalli a dit :

« وأما قوله تعالى {ورافعك إلي} معناه إلى كرامتي ورحمتي »

« Quant à la parole de Allâh ta’âla : {ورافعك إلي} (wa râfi’ouka ilayya) elle signifie : vers ce qui est honoré par Moi et vers Ma miséricorde »  

Informations utiles :

– Al-‘Allâmah (l’illustre savant), l’Imâm, le Ousoûli (spécialiste des fondements), le Faqîh (spécialiste de la jurisprudence) Aboû Sa’îd ‘Abdou r-Rahmân An-Nayçâboûri, connu sous le nom de Al-Moutawalli Ach-Châfi’i est né en 426 à Nayçâboûr et il est décédé en 478 de l’Hégire à Baghdâd (رحمه الله). C’est-à-dire il y a environ 960 ans. Il succéda à l’Imâm Ach-Chîrâzi comme enseignant à la célèbre école An-Nidhâmiyyah de Baghdâd. Il étudia la jurisprudence Chafi’ite auprès du savant, le Qâdî Houçayn Ach-Châfi’i (m.463 A.H) celui dont l’Imâm Ar-Râfi’i (m.623 A.H.) disait : « On le surnommait le savant de la communauté», et autres que lui. L’Imâm An-Nawawi (m.676 A.H.) le cite souvent comme référence dans ses ouvrages.

  • Adh-Dhahabi a dit à son sujet : « L’illustre savant (Al-‘Allâmah) le Chaykh des Chafi’ites » [Siyarou A’lâmi n-Noubalâ], et il a également dit de lui : « Il était un Faqîh (spécialiste de la jurisprudence) Chafi’ite, l’un des grands savants, Il était un Faqîh reconnu, et un savant méticuleux » [Târîkhou l-Islâm].
  • Quant à Ibn Kathîr, il a dit à son sujet : « Il était éloquent, un grand orateur, et maîtrisait de nombreuses sciences » [Al-Bidâyah wa n-Nihâyah], il a dit également : « Il était un Faqîh (spécialiste de la jurisprudence) reconnu, et un savant méticuleux », il a également fait son éloge en disant : « Il était l’un des ash-hâbou l-woujoûh (une catégorie de savants en dessous du degré du moujtahid, qui est apte à déduire les jugements religieux à partir des textes de l’Imâm fondateur de l’école) dans le madh-hab [Châfi’i] ». [Tabaqâtou ch-Châfi’iyyîn]
  • As-Safadi a dit de lui : « Il comptait parmi les meilleurs des gens de par le comportement et le caractère, et de parmi les savants les plus modestes et généreux, il était reconnu et méticuleux tout en étant un grand orateur, éloquent, et nombreux devenaient des imams en assistant à ses assemblées de science ». [Al-Wâfî bi l-Wafayât]
  • Tâjou d-Dîn As-Soubki a dit de lui : « Il est l’un des Imâm aux degrés les plus élevés de parmi nos compagnons » [Tabaqâtou ch-Châfi’iyyah Al-Koubrâ].
  • Et Ibn Khallikân a dit à son sujet : « Il était un Faqîh Chafi’ite originaire de Nayçâboûr, il a rassemblé la science, l’application de la religion, et les bons caractères, il a maîtrisé le Fiqh (la jurisprudence), Al-Ousoûl (les fondements) et al-Khilâf (les divergences religieuses) » [Wafayâtou l-A’yân].

– Ici, l’Imâm Al-Moutawalli explique le verset 55 de Soûrat Âli ‘Imrân lorsque Allâh ta’âlâ dit concernant ‘Îçâ (‘alayhi s-salâm) {ورافعك إلي} (wa râfi’ouka ilayya), et il dit qu’ici le sens de ilayya (qui signifierait selon le sens apparent : vers moi) est :  ma miséricorde et ce que J’honore. C’est-à-dire que ce verset ne signifie pas que ‘Îça (عليه السلام) serait élevé dans un endroit où se situerait Allâh comme le prétendent les moujassimah (anthropomorphistes).

– D’autres savants ont donné des explications similaires, comme :

  • L’Imâm At-Tabarâni (m.360 A.H.) qui a dit dans son tafsîr que le sens est : « Vers le ciel et il a été dit : vers ce que J’honore » ;
  • L’Imâm As-Samarqandi (m.375 A.H.) a dit dans son tafsîr  : « Je vais t’élever de ce bas-monde jusqu’au ciel » ;
  • L’Imâm Ar-Râzi (m.606 A.H.) a dit dans son tafsîr : «Vers l’endroit que J’honore»
  • L’Imâm Ibnou ‘Abdi s-Salâm (m.660 .H.) dans son tafsîr a dit : «Vers le ciel, ou ce que J’honore» ;
  • L’Imâm Al-Baydâwi (m.685 A.H.) dans son tafsîr a dit : « Vers l’endroit que J’honore, et la demeure de Mes anges (c’est-à-dire le ciel) »;
  • L’Imâm An-Naçafi (m.710 A.H.) a dit dans son tafsîr : «Vers le ciel et la demeure de Mes anges» ;
  • L’Imâm Aboû Hayyân (m.754 A.H.) a dit dans son tafsîr : «Vers le ciel et la demeure de Mes anges. Sache que Al-Bârî (Allâh) ta’âla n’est pas localisé dans une direction.» ;
  • L’Imâm Ath-Tha’âlibi (m. 875 A.H.) dans son tafsîr a dit : «Ceci est une expression pour designer son déplacement (à ‘Îcâ) du bas vers le haut, et l’annexion à Allâh est une annexion d’honneur, et ce qui est su c’est que Allâh n’est pas localisé dans une direction»
  • Et beaucoup d’autres…

– De plus il est connu que le prophète ‘Îçâ (عليه السلام) est actuellement vivant dans le second ciel, et Allâh n’est pas incarné dans le second ciel ni dans aucun autre endroit, car Il est Le créateur des endroits dans leur totalité. La croyance des gens de la Sounnah est que Allâh existe sans endroit ni direction.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.