«

Nov 24

L’Imâm Ibn Hajar Al-‘Asqalâni confirme que le châtiment d’Aboû Lahab n’est pas allégé

   

Dans son commentaire du Sahîh de Al-Boukhâri «Fath Al-Bârî » (tome 9 page 145 de cette édition), l’Imâm Ibnou Hajar Al-‘Asqalâni a évoqué le récit de celui qui a rêvé que le châtiment de Aboû Lahab serait allégé, il a dit  :

« لكنَّه مُخالف لظاهر القُرآن؛ قال الله تعالى: {وَقَدِمْنَا إِلَىٰ مَا عَمِلُوا مِنْ عَمَلٍ فَجَعَلْنَاهُ هَبَاءً مَّنثُورًا} [الفُرقان/23]، وأُجيب أوَّلًا بأنَّ الخبر مُرسل أرسله عُروة ولم يذكر مَن حدَّثه به وعلى تقدير أنْ يكون موصولًا فالَّذي في الخبر رُؤيا منام فلا حُجَّة فيه ولعلَّ الَّذي رآها لم يكن إذ ذاك أسلم بعدُ فلا يُحتجُّ به »

 ثم قال «وأما عياض فقال : انعقد الإجماع على أنَّ الكُفَّار لا تنفعهم أعمالهم، ولا يُثابون عليها بنعيم ولا تخفيف عذاب، و ان كان بعضهم أشدُّ عذابًا مِن بعض » 

« Ceci est en contradiction avec ce qui est apparent dans le Qour-ân, Allâh ta’âlâ dit : { وَقَدِمْنَا إِلَىٰ مَا عَمِلُوا مِنْ عَمَلٍ فَجَعَلْنَاهُ هَبَاءً مَّنثُورًا } [ce qui a pour sens : «  Nous ferons échouer (le jour du jugement) les bonnes œuvres qu’ils (c’est-à-dire les mécréants) ont accomplies en les privant de leur rétribution. Nous les réduirons en poussière disséminée. »]  Et je réponds à cela par le fait que, premièrement, ce récit est mourçal (mentionné sans chaîne de transmission complète), ‘Ourwah l’a cité sans mentionner qui la lui a rapporté. Et même dans l’hypothèse où il aurait une chaîne de transmission ininterrompue, le contenu de ce récit est une vision dans le rêve [d’autre qu’un prophète], ainsi il n’y a aucune preuve dedans. Et, il se peut même que celui qui a fait ce rêve n’était, à ce moment là, pas encore entré en Islâm, ainsi on ne peut pas prendre cela comme un argument.»

Puis il a dit :  « Quant au Qâdî ‘Iyâd, il a dit : l‘Unanimité s’est constituée sur le fait que les mécréants ne tireront pas profit de leurs [bonnes] œuvres [dans l’au-delà], ils n’en obtiendrons aucune félicité, et aucune diminution du châtiment, cependant certains d’entre eux auront un châtiment plus dur que d’autres »

Informations utiles :

– Chaykhou l-Islâm, Amîr al-Mouminîn fi l-hadîth (le Prince des croyants dans la science du hadîth) Chihâb ad-Dîn Abou l-Fadl Ahmad Ibnou ‘Ali Ibnou Hajar Al-‘Asqalâni est né en 773 et il est décédé en 852 de l’hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a environ 580 ans. C’est un très grand spécialiste de la science du hadîth qui a écrit de nombreux ouvrages. Il est du madh-hab (Ecole de jurisprudence) de l’Imam Ach-Châfi’i. Son livre « Fath Al-Bârî » est incontournable, c’est l’un des plus célèbres commentaires du Sahîh Al-Boukhâri. Consultez sa biographie : ici.

  • L’Imâm As-Souyoûti a dit de lui :  « Chaykhou l-Islâm, l’Imâm des houffâdh (spécialistes de la science du hadîth) de son temps, le Hâfidh (spécialiste du hadîth) des contrées Egyptienne mais il est aussi le Hâfidh de tout le bas-monde, le juge des juges » [Tabaqât Al-Houffâdh].
  • Le Hâfidh Ibn Nasrou d-Dîn Ad-Dimachqi Ach-Châfi’i a dit à son sujet : « Notre Maître (mawlanâ wa sayyidounâ), Chaykhou l-Islâm, le grand Hâfidh (spécialiste de la science du hadîth), celui qui supporte la sounnah, l’Imâm des Imams, le juge des juges de la oummah » [Al-Jawâhir].

– Ici, il explique que le récit de celui qui a vu, dans son rêve, Aboû Lahab avoir un châtiment allégé, n’est pas à prendre en considération pour plusieurs raisons :

  • Il ne s’agit que d’un rêve réalisé par autre qu’un prophète.
  • La chaîne de transmission de ce récit est incomplète.
  • Ce rêve vient en contradiction avec ce qui est parvenu dans la religion, que ce soit dans le Qour-ân, le hadîth et l’unanimité des musulmans (ijmâ’).

– En effet, il est mentionné dans le Qour-ân que le châtiment du mécréant n’est pas allégé.

  • Allâh ta’âlâ dit :

{وَالَّذِينَ كَفَرُوا لَهُمْ نَارُ جَهَنَّمَ لَا يُقْضَىٰ عَلَيْهِمْ فَيَمُوتُوا وَلَا يُخَفَّفُ عَنْهُم مِّنْ عَذَابِهَا ۚ كَذَٰلِكَ نَجْزِي كُلَّ كَفُورٍ}

ce qui a pour sens : « Les mécréants auront le feu de l’enfer comme rétribution, ils ne mourront pas de sorte à être soulagé, et ils ne seront pas allégé de leurs châtiments, c’est ainsi que Allâh rétribue chaque mécréant » [Soûrat Al-Fâtir / 36]

  • Et Allâh ta’âlâ dit :

{مَثَلُ الّذِينَ كَفَرُواْ بِرَبِّهِمْ أَعْمَالُهُمْ كَرَمَادٍ اشْتَدّتْ بِهِ الرِّيحُ فِي يَوْمٍ عَاصِفٍ}

ce qui a pour sens : « Les œuvres de ceux qui ont mécru, sont telle de la cendre emportée par le vent, un jour de tempête » [Soûrat Ibrâhîm / 18].

  • Et Allâh ta’âlâ dit :

{وَرَحْمَتِي وَسِعَتْ كُلَّ شَيْءٍ فَسَأَكْتُبُهَا لِلَّذِينَ يَتَّقُونَ}

ce qui a pour sens : « Ma miséricorde concerne toute chose. Je la destine dans l’au-delà à ceux qui se gardent [de l’association et de la mécréance] » [Soûrat Al-A’râf / 156].

  • Et Allâh ta’âlâ dit :

{فَذُوقُوا فَلَنْ نَزِيدَكُمْ إِلا عَذَابًا}

ce qui a pour sens : « Et goûtez (le châtiment intense), Nous ne vous augmenterons en rien, si ce n’est en châtiment » [Soûrat An-Naba / 30]. Ibnou Abî Hâtim rapporte de Aboû Barzah Al-Aslami (que Allâh l’agrée) qu’il a dit : « Ce verset est le verset le plus le dur (achadd) dans le livre de Allâh au sujet des gens de l’enfer.»

– Egalement, il est parvenu dans le hadîth que le Messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم) a dit :

« وَأَمَّا الْكَافِرُ فَيُطْعَمُ بِحَسَنَاتِهِ فِي الدُّنْيَا حَتَّى إِذَا أَفْضَى إِلَى الْآخِرَةِ لَمْ يَكُنْ لَهُ حَسَنَةٌ يُعْطَى بِهَا خَيْرًا »

Ce qui signifie : « Quant au mécréant il sera rétribué pour ses bonnes œuvres dans cette vie, mais dans l’au-delà il n’aura aucune récompense » [Rapporté par l’Imâm Ahmad Ibnou Hanbal dans son Mousnad].

– Quant à l’unanimité sur le fait que le châtiment du mécréant n’est pas allégé, elle a été rapporté par Al-Qâdî ‘Iyâd Al-Mâliki, tout comme cela a été mentionné précédemment. [voir aussi cet article à ce sujet : ici]

– D’autres savants ont confirmé que la chaîne de transmission de ce récit est incomplète et également qu’on ne se base pas sur un rêve provenant d’autre qu’un prophète, pour établir des jugements religieux :

  • L’Imâm Badrou d-Dîn Al-‘Ayni a dit : «La voie des mouhaqqiqoûn (savants vérificateurs) est que le châtiment n’est pas allégé pour le mécréant en raison de ses bonnes actions dans le bas-monde, mais il peux en être rétribué durant sa vie dans le bas-monde. Al-Qâdî ‘Iyâd a dit : L’Unanimité s’est constituée sur le fait que les mécréants ne tireront pas profit de leurs [bonnes] œuvres [dans l’au-delà], ils n’en obtiendrons aucune félicité, et aucune diminution du châtiment, cependant certains d’entre eux auront un châtiment plus dur que d’autres en raison de leurs crimes. Al-Karmâni a dit : le mécréant ne tire aucun profit de ses bons actes. Ainsi ce rêve n’est pas une preuve […] la parole de ‘Ourwah : «Lorsqu’est mort Aboû Lahab, un membre de sa famille l’a vu en rêve…» jusqu’à la fin, ce récit est mourçal (mentionné sans chaîne de transmission complète), ‘Ourwah l’a cité sans mentionner qui la lui a rapporté. Et même dans l’hypothèse où il aurait une chaîne de transmission ininterrompue, le contenu de ce récit est une vision dans le rêve [d’autre qu’un prophète], ainsi il n’y a aucune preuve dedans. Et, il se peut même que celui qui a fait ce rêve n’était, à ce moment là, pas encore entré en Islâm, ainsi on ne peut pas prendre cela comme un argument.» [Dans son commentaire du sahîh de l’Imâm Al-Boukhâri]
  • L’Imâm Al-Qastallâni a dit : « Ceci est en opposition avec ce qui est apparent de la parole de Allâh ta’âlâ dit : { وَقَدِمْنَا إِلَىٰ مَا عَمِلُوا مِنْ عَمَلٍ فَجَعَلْنَاهُ هَبَاءً مَّنثُورًا } [ce qui a pour sens : «  Nous ferons échouer (le jour du jugement) les bonnes œuvres qu’ils (c’est-à-dire les mécréants) ont accomplies en les privant de leur rétribution. Nous les réduirons en poussière disséminée. »] D’autant plus que ce récit est mourçal (mentionné sans chaîne de transmission complète), ‘Ourwah l’a cité sans mentionner qui la lui a rapporté. Et même dans l’hypothèse où il aurait une chaîne de transmission ininterrompue, nous ne l’aurions pas pris en considération du fait qu’il s’agit d’une vision dans le rêve [d’autre qu’un prophète], et on ne confirme pas par cela un jugement religieux. » [Dans son commentaire du sahîh de l’Imâm Al-Boukhâri].
  • L’Imâm Az-Zarkachi a dit : « Ce qui est confirmé (sahîh) c’est que le rêve [d’autre qu’un prophète] n’implique pas de jugement religieux et n’en fonde pas » [Al-Bahrou l-Mouhît fî Ousoûli l-fiqh].
  • L’Imâm An-Nawawi a dit : « De même, certains de nos compagnons et autres qu’eux, ont rapporté l’accord (ittifâq) sur le fait qu’on ne change pas ce qui est confirmé dans la loi, par rapport à un rêve» [Dans son commentaire du Sahîh de l’Imâm Mouslim].
  • Le Chaykh Jamîl Halîm Al-Houçayni a dit : « Ce récit n’est qu’un rêve qui provient d’autre qu’un prophète, ainsi cela ne nous permet pas d’en tirer un jugement religieux, et comment pourrait-on faire cela alors que cela nous amènerait à contredire des versets du Qour-ân… [puis il poursuit en mentionnant des versets indiquant que le châtiment du mécréant n’est pas allégé] » [Dans son livre Al-Kawkabou l-Mounîr bi Jawâzi l-Ihtifâli bi Mawlidi l-Hâdi l-Bachîr]
  • Il est parvenu dans une fatwâ de Darou l-Iftâ Al-Misriyyah : « Le rêve [d’autre qu’un prophète] n’est pas une preuve religieuse » [Fatwâ 3747 en date du 9 mars 2015].

– Le Chaykh ‘Abdou l-Lâh Al-Harari a dit concernant tout cela : « Il n’a pas été révélé une soûrat complète dans le Qour-ân pour blâmer une personne sauf pour Aboû Lahab. Alors comment pourrait-on prétendre que son châtiment serait allégé ?! Il est rapporté dans Al-Boukhâri que Al-‘Abbâs l’a vu dans le rêve et lui a dit : « Quel est ton état ? » et Aboû Lahab répondit « Dans le pire des états sauf qu’il m’est accordé tout les lundis telle quantité d’eau – et il a indiqué avec son pouce et son index la forme d’un petit rond – car j’ai affranchis Thouwaybah lorsque j’ai entendu la naissance du messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم) ». Ceci n’est pas un hadîth du prophète, mais il s’agit seulement d’un rêve de Al-‘Abbâs, et ceci nous n’y croyons pas. Cette vision dans le rêve n’implique pas de jugement dans la loi de l’Islâm. Le messager n’a pas assisté au convoi funéraire de Aboû Lahab, il n’était pas présent à son enterrement, et il n’a pas fait d’invocation en sa faveur car il savait qu’il est mort sur la mécréance. Celui qui a pour croyance qu’actuellement dans la tombe il lui arrive un allègement de ses souffrances il ne sort pas de l’Islâm,  s’il ne considère pas cela comme étant opposé à la religion. Mais il n’est pas permis de dire que son châtiment sera allégé dans sa tombe. Quant à celui qui dit que son châtiment en enfer sera allégé, il devient mécréant car il aura démentit le verset :

{وَالَّذِينَ كَفَرُوا لَهُمْ نَارُ جَهَنَّمَ لَا يُقْضَىٰ عَلَيْهِمْ فَيَمُوتُوا وَلَا يُخَفَّفُ عَنْهُم مِّنْ عَذَابِهَا ۚ كَذَٰلِكَ نَجْزِي كُلَّ كَفُورٍ}

Qui signifie : « Les mécréants auront le feu de l’enfer comme rétribution, ils ne mourront pas de sorte à être soulagé, et ils ne seront pas allégé de leurs châtiments, c’est ainsi que Allâh rétribue chaque mécréant ».» [Rapporté de lui par Chaykh Jamîl Halîm Al-Houçayni dans son édition du livre Moukhtasar sîrati n-Nabiyy].

– Point important : Aboû Lahab ne s’est pas réjouit de la naissance du messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم), car d’une part il ne savait pas que son neveu allait devenir prophète, et lorsque le prophète (صلى الله عليه وسلم) a appelé à l’Islâm, Aboû Lahab s’est fermement opposé à lui. Aboû Lahab a donc affranchis Thouwaybah, non pas en tant que réjouissance de la naissance du messager de Allâh (صلى الله عليه وسلم), mais pour la simple raison que son frère a eu un fils.

– Il convient également de se rappeler que les sources de la religion sont au nombre de quatre : Le Qour-ân, la Sounnah, l’Unanimité et le Qiyâs, tout comme l’ont mentionné les savants de l’Islâm. Et ce récit ne provient d’aucune de ces 4 sources, mais il a pour origine un simple rêve, qui n’est pas en conformité avec les sources religieuses. Alors ne vous laissez pas duper par le fait que ce récit est mentionné dans plusieurs ouvrages. Ce qui est a prendre en considération c’est la conformité avec les sources religieuses.

  • L’Imâm An-Nawawi a dit : « Les fondements de la religion sont quatre : le Livre (le Qour-ân), la Sounnah, l’unanimité (ijmâ’) et le Qiyâs (des savants moujtahid).» [Al-Maqâçid]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.