«

»

Avr 25

L’Imâm Al-Qastallâni explique l’expression “wa l-Ladhî nafsî biyadihi” (sens du terme yad)

         

Dans son commentaire du Sahîh Al-Boukhâri intitulé « Irchâdou s-Sâri », lors du l’explication de la parole du prophète “و الذي نفسي بيده” (wa l-Ladhî nafsî biyadihi), l’Imâm Al-Qastallâni explique le sens, en disant :

«( و) الله ( الذي نفسي بيده) أي بتقديره وتدبيره  »

« [je jure] par Allâh Celui Qui a mon âme “biyadihi” c’est-à-dire sous Sa volonté et Sa prédestination  »

 Informations utiles :

– L’Imâm, le Mouhaddith (transmetteur du Hadîth) Abou l-’Abbâs Chihâbou d-Dîn Ahmad Ibn Mouhammad Al-Qastallâni Al-Misri Ach-Châfi’i est né en 851 et il est décédé en 923 de l’Hégire (رحمه الله) c’est-à-dire il y a plus de 500 ans. Il est très connu pour son ouvrage « Irchâdou s-Sârî » qui est un commentaire du sahîh Al-Boukhâri.

– L’Imâm Al-Qastallâni explique que le terme yad, dans cette expression utilisée par le prophète (صلى الله عليه وسلم), signifie que son âme est sous la volonté et la prédestination de Allâh. Cela ne veut en aucun cas dire que Allâh aurait des parties corporelles, des mains, et que l’âme du prophète serait dedans.

– Cette explication donnée par l’Imâm Al-Qastallâni a également été donnée par :

  • L’Imâm Ibnou Hajar Al-‘Asqalâni dans son commentaire du Sahîh Al-Boukhâri ;
  • L’Imâm As-Souyoûti dans son commentaire du Mouwattâ de l’Imâm Mâlik ;
  • Le Chaykh Az-Zourqâni dans son commentaire du Mouwattâ de l’Imâm Mâlik ;
  • Le Qâdî Al-Houçayn Ibnou Mouhammad Ibnou Sa’îd Al-Maghribi dans son commentaire de Bouloûghou l-Marâm de l’Imâm Ibnou Hajar Al-‘Asqalâni ;
  • Et d’autres …

– Ainsi, lorsque le terme “yad” est attribué à Allâh il ne vient pas dans le sens de l’organe. Ainsi il n’est pas valable d’attribuer à Allâh la main et ceci sans divergence.

– A ce sujet, l’Imâm du Salaf, Aboû Ja’far At-Tahâwi, dans son traité de croyance qu’il a présenté en disant « Ceci est la mention de la présentation de la croyance de Ahlou s-Sounnah wa l-Jamâ’ah », il a dit : « Allâh ta’âlâ est exempt des limites, des fins, des côtés, des organes et des membres». [Voir : ici]

– L’Imâm Ibnou Hajar Al-‘Asqalâni a mentionné l’unanimité sur le fait que le terme “yad” au sujet de Allâh ne vient pas dans le sens de la main. Il a dit : « Il est mentionné dans le Qour-ân et dans le hadîth l’annexion de « al-yad » à Allâh ta’âlâ, et Ahlou s-Sounnah wa l-Jamâ’ah ont été unanimes qu’il n’est pas visé [au sujet de Allâh] par « al-yad » l’organe (c’est-à-dire la main), qui fait partie des choses qui sont concernées par l’entrée en existence » [Dans son livre « Hadyou s-Sârî Mouqaddimah Fath al-Bârî »] (Retrouvez l’article : ici).

– L’Imâm Al-Bayhaqi a dit dans son livre Al-I’tiqâd : «Son « yad » n’est pas un organe (c’est-à-dire une main)». [Voir : ici]

– L’Imâm Al-Halîmi a dit lors de son explication du nom de Allâh « Al-Mouta’âlî » : « Cela signifie qu’Il est exempt du fait que Lui soit possible ce qui est possible aux choses qui entrent en existence : le mariage, l’enfantement, les organes et les membres […] » [voir : ici]

– L’Imâm An-Naçafi (m.508 h.) a dit : « Il est permis de dire que Allâh ta’âlâ a un yad en Arabe, mais ce n’est pas permis en Persan. Et al-yad est l’un de Ses attributs éternels, sans comment (bila kayf) et sans similarité (wa lâ tachbîh) […] Il en est de même pour al-yad qui compte de parmi Ses attributs éternels sans comment, ni similarité, et qui n’est pas un membre. Ainsi, nous confirmons al-yad, et son sens est tel que Allâh ta’âlâ veut » [Dans son livre Bahrou l-Kalâm] (voir l’article : ici)

– Le Chaykh Ibnou ‘Aqîl Al-Hambali a dit : « Allâh n’est pas de ceux qui ont des parties ou des organes»[voir : ici]

– L’Imâm Fakhrou d-Dîn Ar-Râzi lors de son explication de la parole de Allâh { ليس كمثله شيء } (layça kamithlihi chay) qui signifie « Rien n’est tel que Lui », il a dit : « Les savants du Tawhîd par le passé et par le présent ont retenu cette âyah comme argument pour nier le fait que Allâh ta’âlâ soit un corps composé d’organes et de parties étant dans un endroit et une direction ». [Voir : ici]

– L’Imâm ‘Abdou l-Ghani An-Nâboulouçi a dit dans son livre : « Quant à l’assimilation (tachbîh) c’est de croire que Allâh ta’âlâ ressemble à l’une de Ses créatures, comme ceux qui croient que Allâh est un corps au-dessus du Trône ou qui croient qu’Il a des mains […] et tout ceci est de la mécréance claire » [voir : ici] Ainsi le fait  de croire que Allâh aurait des mains ou n’importe quelle autre partie corporelle, ceci constitue de la mécréance.

– L’Imâm At-Tahâwi a d’ailleurs dit : « Celui qui attribue à Allâh l’une des significations propres aux humains est devenu mécréant. Celui qui aura bien compris cela en aura tiré des leçons et se sera écarté des propos semblables à ceux des mécréants, il aura su que Allâh avec Ses attributs n’est pas semblable aux humains » [voir : ici]

– Ainsi pour résumer nous disons que le terme « yad » dans la langue arabe a de très nombreux sens autre que le mot « main ». Lorsqu’il est employé au sujet de Allâh il n’est pas à  prendre dans le sens de l’organe et de la partie corporelle. Les savants ont donné la règle suivante : La similarité dans les termes n’implique pas la similarité dans la signification. Cela signifie que lorsqu’un même terme est employé au sujet de Allâh et au sujet d’une créature alors la signification sera différente.

– Retrouvez d’autres citations concernant le terme “yad” : ici.

– Retrouvez d’autres citations sur le thème Allah n’est pas un corps / n’a pas d’organes : ici

– Retrouvez d’autres citations sur le thème Attribuer le corps à Allah est de la mécréance : ici

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.