Al-‘Âmili (Chiite) cite les grandes références chiites croyant en la falsification du Qour-ân

         

[Attention : ceci est un article de mise en garde contre des propos contraires à l’Islâm]

Dans le livre intitulé «Mouqaddimah Tafsîr al-Bourhân» connu également sous le nom « Mir-âh Al-Anwâr » (pages 83 et 84 de cette édition) Abou l-Haçan Al-‘Âmili le chiite a dit :

 

« اعلم أن الذي يظهر من ثقة الإسلام محمد بن يعقوب الكليني طاب ثراه أنه كان يعتقد التحريف والنقصان في القرآن لأنه روى روايات كثيرة في هذا المعنى في كتاب الكافي الذي صرح في أوله بأنه كان يثق فيما رواه فيه ولم يتعرض لقدح فيها ولا ذكر معارض لها، وكذلك شيخه علي بن إبراهيم القمي ره فإن تفسيره مملوء منه وله غلو فيه »

فقال : « ولقد قال بهذا القول أيضاً ووافق القمي والكليني ره جماعة من أصحابنا المفسرين كالعياشي والنعماني وفرات بن إبراهيم وغيرهم، وهو مذهب أكثر محققي محدثي المتأخرين، وقول الشيخ الأجل أحمد بن أبي طالب الطبرسي كما ينادي به كتابه الاحتجاج وقد نصره شيخنا العلامة باقر علوم أهل البيت عليه السلام وخادم أخبارهم عليه السلام في كتابه بحار الأنوار، وبسط الكلام فيه ما لا مزيد عليه.وعندي في وضوح صحة ذا القول بعد تتبع الأخبار وتفحص الآثار بحيث يمكن الحكم بكونه من ضروريات مذهب التشيع وإنه من أكبر مفاسد غصب الخلافة »

« Sache que ce qui apparaît [des livres] de Thiqatou l-Islâm Mouhammad Ibn Ya’qoûb Al-Koulayni c’est qu’il croyait effectivement en la falsification (tahrîf) et à la diminution du Qour-ân, car il a rapporté de nombreux récits allant dans ce sens dans son livre « Al-Kâfî » dans lequel il a déclaré en introduction qu’il certifiait le contenu de ce qu’il a rapporté dedans ; et il ne s’en ait pas opposé par une désapprobation, et il n’a pas mentionné ce qui contredirait ces récits. Et il en est de même pour son Chaykh : ‘Ali Ibn Ibrâhîm Al-Qoummi, dont le tafsîr en est rempli (c’est-à-dire de texte indiquant une falsification du Qour-ân) et il a même fait preuve d’exagération en cela. »

Puis il poursuit en disant : « Et ont soutenu cet avis et on été en accord avec Al-Koulayni et Al-Qoummi, un groupe de parmi nos compagnons spécialistes de l’exégèse tels que Al-‘Ayâchi, An-Nou’mâni et Fourât Ibn Ibrâhîm et autres qu’eux, et c’est également la voie (madh-hab) de la plupart des Mouhaqqiq et des Mouhaddith récent. Et c’est aussi l’avis du grand Chaykh Ahmad Ibn Abî Tâlib At-Tabarçi, tout comme il le clame dans son livre « Al-Ihtijâj ». Et de parmi ceux qui supportent cet avis il y a aussi notre chaykh, l’Illustre savant Bâqir ‘Ouloûm Ahl Al-Bayt [Al-Majlissi] le serviteur des récits, dans son livre « Bihâr al-Anwâr » dans lequel il a développé son avis de sorte qu’il n’est pas nécessaire d’y ajouter quoi que ce soit. Et me concernant, sur la clarification de l’authenticité de cet avis, après le suivi des récits et l’analyse des différents textes, nous pouvons conclure que [la croyance en] cela (la falsification du Qour-ân) fait partie d’une obligation de notre école (madh-hab) Chiite, et ceci est due la grande corruption qui eu lieu lors de l’usurpation du Califat »

Informations utiles :

 – Abou l-Haçan Al-‘Âmili (Chiite) est né en ~ 1070 à Ispahan (Iran) et il est décédé en 1138 de l’Hégire à Najaf (Irak). Les chiites les considèrent comme une des grandes références de leur mouvance et le surnomme  « Allâmah » (Illustre savant),  « ‘Âlimou l-Jalîl » (honorable savant), comme étant le meilleur des mouhaddith de son époque etc. Il est l’élève de Mouhammad Bâqir Al-Majlissi, et il est l’auteur d’ouvrages comptant de parmi les plus grandes références chez les chiites comme ce livre «Mir-âh Al-Anwâr» et d’autres. Il ne faut pas le confondre avec Mouhammad Ibn al-Haçan Al-Hourr Al-‘Âmili qui fait parti ses enseignants.

– Ici lors d’un chapitre qu’il a consacré concernant la croyance en la falsification et le diminution du Qour-ân chez les chiites, Al-‘Âmili indique de manière limpide que ceci est sa croyance et la croyance de :

  • Al-Koulayni : qui est l’auteur du livre « Al-Kâfî » qui est l’ouvrage principale de hadîth chez eux ;
  • Al-Qoummi : qui est l’auteur d’un de leur principal tafsîr ;
  • Al-‘Ayyâchi : grande référence chez les chiites ;
  • An-Nou’mani : grande référence chez eux également ;
  • Foûrat Ibn Ibrâhîm : considéré comme un grand savant chez eux ;
  • At-Tabarçi (Ahmad Ibn Abi Tâlib) : considéré comme un grand savant dans leur mouvance. Ne pas le confondre avec les deux autres Tabarçi qui sont également considéré comme des grandes références chiites ;
  • Al-Majlissi : considéré comme une référence majeur chez eux [voir également cet article] ;
  • Et de la majorité des Mouhaqiqîn et Mouhaddithîn Chiites récent [à son époque].

Ainsi, malgré que certains chiites prétendent s’innocenter d’une telle croyance au sein de leur mouvance, nous voyons que ceux qui ont tenu ces propos font parti des plus grandes références chiites et ceci jusqu’à nos jours.

– Allâh ta’âlâ dit :

{إِنَّا نَحۡنُ نَزَّلۡنَا ٱلذِّكۡرَ وَإِنَّا لَهُ ۥ لَحَـٰفِظُونَ}

ce qui a pour sens : « C’est Nous qui avons fait descendre le Qour-ân et c’est Nous qui en assurons la préservation » [Soûrat Al-Hijr / 9]

– Comment se fait-il que ces Chiites qui ont pris comme pilier de leur foi l’insulte envers les compagnons, se taisent sur des égarements aussi graves provenant de leur propres références !?  Et comment peuvent-ils se baser sur des ouvrages et prendre en considération des hadîth contenant dans leur chaînes de transmission des personnes avec des croyances clairement contraire à l’Islâm !?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vérification anti spam * Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.